Les routes les plus spectaculaires du monde ?

par Pierre
0 commentaire

Certaines routes du monde sont une aventure à elles toutes seules, que ce soit par les paysages qu’elles offrent, par leur tracé improbable et dangeureux, par les mythes qui s’y rapportent… Voici une petite sélection de ces routes, où soufflent tant de frissons différents.

 

La “route circulaire” en Islande

Avec une longueur de 1339 km, la “route circulaire” ou “Hringvegur” est la plus célèbre et la principale route d’Islande (elle en porte d’ailleurs officiellement le n°1), aux côtés du Cercle d’Or. Elle permet de faire le tour de l’île et d’en découvrir les plus importantes facettes : glaciers, geysers, fjords… Comme étapes majeures, on peut citer par exemple le Lagon bleu, une station thermale d’eaux chaudes provenant de la centrale géothermique voisine ; la spectaculaire cascade de Seljalandsfoss ou encore l’immense calotte glaciaire du Vatnajökull.

Vue d'une route en Islande.

Au fil de la célèbre route n°1 islandaise…

Attention toutefois : les routes islandaises peuvent être partiellement “aventureuses” dans la mesure où elles contiennent parfois des sections non bitumées ou en gravier, comme dans la presqu’île de Vatnsnes. Il se peut aussi que certaines portions soient tout simplement fermées en hiver ou en cas de très mauvaises conditions météo. N’hésitez pas à vous renseigner directement sur place ou à contacter notre service client si vous souhaitez louer une voiture en Islande.

 

La “Hana Highway” à Hawaï

Sur l’île de Maui, dans l’archipel américain de Hawaï, se trouve sans doute l’une des routes les plus belles et les plus spectaculaires du monde : la Hāna Highway, connue aussi sous le terme très simple de “Road to Hāna”, Hāna étant le village de quelques centaines d’âmes auquel aboutit le trajet depuis Kahului.

Vue d'une route dans les collines à Hawaii aux USA.

Sur la route d’Hāna, à travers la luxuriante végétation hawaïenne…

En tout, cette route est longue de 109 km, et est un assemblage des routes n°36 et n°360. Elle longe une bonne partie de la côte nord de l’île hawaïenne. Elle offre aux automobilistes de sompteueux paysages sur le Pacifique, sur la luxuriante végétation côtière ponctuée de cascades, au gré de ses 620 virages et quelque 59 ponts, dont certains sont à voie unique de circulation. Il faut ainsi prévoir environ 3 heures pour parcourir la Hāna Highway. Un parcours au parfum parfois irréel.

 

La “Trollstigen” en Norvège

C’est sans doute l’un des emblèmes touristiques de la Norvège, au même titre que les fjords auxquels elle voisine. La Trollstigen (littéralement “l’échelle du troll”) est une portion de la route n°63 qui permet de grimper à un col situé à 850 m d’altitude avec, de part et d’autre, les montagnes du Bispen (1462 m) et du Kongen (1614 m).

Vue de la route du Trollstigen en Norvège.

Le Trollstigen, une des routes les plus mythiques du monde.

La Trollstigen, construite sur ordre du roi de Norvège Haakon VII dans les années 1930, doit sa renommée à ses 12 % de dénivelé, ses 11 épingles à cheveux et surtout au panorama qui se déploie lors de son ascension : après en avoir approché le pied par la route auparavant, vous découvrez alors en totalité la cascade de Stigfosse qui bondit de l’autre côté de la vallée, sur une hauteur de 320 mètres !

Notez bien que la Trollstigen est fermée en automne et en hiver, eu égard aux conditions climatiques rigoureuses qui règnent dans ce coin de Norvège.

 

Le “tunnel de Guoliang” en Chine

C’est au départ une histoire insolite : jusque dans les années 1970, le village de Guoliang, dans la province montagneuse du Henan (centre de la Chine) n’était accessible qu’à pied, par un interminable escalier aménagé dans le relief. Lassés, les habitants se décidèrent à changer eux-mêmes la situation. Ils creusèrent alors dans la montagne une route de leurs propres mains, qu’ils mirent cinq ans à achever.

Vue d'une route taillée dans une falaise en Chine.

Ayez les nerfs solides si vous souhaitez vous rendre au village de Guoliang

Le “tunnel de Guoliang” était né : une portion de plus d’un kilomètre de long, qui alterne tunnels et sections dégagées, large de 4 petits mètres et haute de 5 mètres maximum. Une trentaine de fenêtres percées dans la montagne permettent d’éclairer les parties souterraines. Mieux vaut de pas faire de fausse manœuvre : un ravin de plusieurs centaines de mètres borde la chaussée – ne comptez pas sur une rambarde de sécurité. Et mieux vaut ne pas s’y risquer lorsqu’il pleut…

 

 La “route des Yangas” en Bolivie

Elle ne mesure qu’une soixante de kilomètres mais près de 300 personnes s’y tuent chaque année. Les croix marquant les lieux d’accident parsèment son parcours. Elle a souvent été désignée comme la route la plus dangereuse du monde. On la surnomme “la route de la mort”… Bienvenue sur la route des Yangas.

Vue d'une route dans la jungle en Bolivie.

Sur la route vertigineuse des Yangas…

Elle a été construite dans les années 1930 par des prisonniers de guerre paraguayens, afin de relier la grande ville bolivienne de La Paz à la région enclavée des Yangas, située dans la jungle amazonienne. Taillée à pic à flanc de montagne, sujette aux intempéries, plutôt étroite et non sécurisée, elle grimpe même jusqu’à 4560 mètres d’altitude pour passer le col de La Cumbre… Et pour rajouter un peu au mythe, un règlement oblige à y conduire à gauche (alors que dans le reste de la Bolivie, on conduit à droite).

Depuis 2007, une nouvelle route des Yangas, beaucoup plus sûre, a été inaugurée pour ceux qui ne goûtent que modérément l’aventure.

 

La “Highway No. 1” en Californie

Aucun road trip n’est peut-être aussi légendaire que la Highway No. 1. Les charmes de la route côtière de Californie ont l’avantage de parler à tout le monde : sentiment infini de liberté, panoramas grandioses… Elle est un incontournable de voyage dans l’Ouest des Etats-Unis.

Vue d'un pont sur la côte paciifique en Californie aux USA.

Le légendaire pont de Bixby Creek, sur la côte de Big Sur .

Celle qui est aussi connue sous le nom de “California State Route” s’étire sur 1055 km et longe durant tout son parcours la sompteuse côte Pacifique. Falaises, phoques, oiseaux marins, cités pleines de charme comme Carmel-by-the-Sea et Monterey, vignobles, forêts profondes avec leurs arbres monumentaux… L’émerveillement est quasi permanent. L’effet de la Highway No. 1 culmine sans doute à Big Sur, une portion de 140 km entre Carmel et San Simeon, où on peut admirer le célèbre pont de Bixby Creek, qui domine l’océan : le contraste entre le bleu de la mer, la couleur orange des falaises et toutes les nuances de vert est tout simplement magique.

 

La “route de glace” Tibbitt-Contwoyto au Canada

Une “route de glace” ? Un concept très nordique : ce sont des routes provisoires tracées sur des étendues d’eau gelées, qui durent la saison hivernale et qui sont donc refaites chaque année… Celle qui relie Tibbitt (Territoires du Nord-Ouest) à Contwoyto (Nunavut) est l’une des plus longues et des plus compliquées à parcourir du monde. Elle a été construite au début des années 1980 pour l’industrie minière.

Vue d'un camion roulant sur la glace au Canada.

Un truck sur une “route de glace” canadienne.

Cette route de 570 km de long n’est empruntable qu’environ 60 jours dans l’année, et pour cause : elle se déploie à presque 90 % sur des lacs gelés. Ce sont essentiellement des trucks qui l’empruntent, à ce des conditions draconiennes : vitesse limitée à 25 km/h, déplacement en convoi uniquement et distance de sécurité obligatoire de 500 mètres entre chaque camion afin de répartir au mieux le poids des véhicules sur la glace…

 

La “Ninety Mile Beach” en Nouvelle-Zélande

C’est une route un peu particulière qui vous attend tout au nord de la Nouvelle-Zélande. Le nom de Ninety Mile Beach (“la plage de 90 miles”) n’est pas tout à fait exact : elle ne mesure “que” 88 kilomètres. En revanche, là où elle ne vous ment pas, c’est qu’il s’agit bel et bien d’une… plage ! Une grande plage de sable, qui appartient au réseau routier néo-zélandais. Elle est donc une très officielle “Highway”. Vous avez donc le droit d’y conduire tout à fait normalement et la vitesse y est limitée à 100 km/h.

Vue d'un bus roulant sur une plage en Nouvelle-Zélande.

La Ninety Mile Beach en Nouvelle-Zélande : 88 km de plage…

Toutefois, on vous conseille de louer un SUV car il n’est pas rare que des berlines ou des voitures de petites dimensions s’y ensablent et se fassent rattraper par la marée. Autre chose : le réseau téléphonique est plutôt mauvais sur la Ninety Mile Beach, ce qui rend compliqué l’envoi d’une dépanneuse. Si vous louez une voiture en Nouvelle-Zélande, ayez bien en tête que les assurances ne vous couvriront pas en cas d’incident si vous souhaitez emprunter cette route pour le moins spéciale.

 

Et vous, quelle est la route qui vous a le plus marquée au cours de vos périples ?

 

Crédits photo : couvertureIslande, Hawaii, Norvège, Chine, Bolivie, Californie, Canada, Nouvelle-Zélande.

0 commentaire

Laissez un commentaire