5 astuces à savoir pour les longs trajets en voiture cet été

par Rédaction
1 commentaire

Le grand chassé-croisé des grandes vacances approche… On imagine le tableau : le long trajet à travers la France, le bouchon dans la vallée du Rhône, la canicule, les enfants qui trépignent sur la banquette arrière. Certes, c’est souvent comme cela, l’été…! Mais il y a quelques astuces pour y survivre sereinement…

 

S’adapter

Effectivement, il va faire chaud, très chaud cet après-midi. Mais ce matin, quand vous êtes parti, ce n’était pas le cas. Pensez au gilet qu’il va falloir enlever – ou enfiler, si vous comptez rouler de nuit. Gardez une petite place libre dans la voiture, ou évitez de ranger ce satané gilet dans une valise au fond du coffre. Et si vous disposez de la climatisation, veillez à ne pas en abuser. Les petits rhumes raffolent des grands écarts de température…

Petit détail si vous louez une voiture : assurez-vous qu’elle soit adaptée à votre corpulence. Quand on est grand, il n’est pas très agréable de se plier plusieurs heures durant dans une voiture basse de caisse, par exemple.

Bon à savoir !Conduire en été : ce qui est autorisé (ou pas) !

UtileConseils pour mieux voyager avec des enfants en voiture

 

Bien manger, et surtout bien boire

Saviez-vous qu’une heure de conduite ne vous “coûte” qu’environ 80 calories ? Ce n’est pas si important que ce que l’on pense, n’est-ce pas ? Ce qui est donc essentiel durant les longs trajets, plus que de manger, c’est de boire. Pas d’alcool bien sûr, mais de l’eau, du jus de fruits et/ou du thé, pour aider votre esprit à rester concentré sur la route.

Ne négligez pas non plus les en-cas pour autant. Le bon plan, ce sont les fruits et les légumes frais. Évitez les plats gras avant de prendre la route ou pendant les pauses, car ils ont tendance à faire dormir. Si vous avez toutefois cédé à la tentation, dégourdissez-vous un peu les jambes avant de reprendre le volant.

 

Bien aérer le véhicule

Mettre le chauffage ou la climatisation, c’est utile. Mais dans un petit espace confiné, ils peuvent vite causer maux de tête et/ou fatigue. Pour oxygéner correctement l’habitacle, il n’y a qu’une solution : ouvrez la fenêtre de temps à autre pour renouveler l’air que vous respirez.

Autre petite astuce : vous passer une lingette rafraîchissante sur le visage peut vous aider à mieux respirer. Idem si vous respirez un mouchoir que vous aurez humidifié d’un peu d’huile de menthe, d’eucalyptus ou de mélisse.

Bonne idée → Louer un cabriolet, ça vous tenterait ?

 

Savoir se reposer

Pour bien vivre un long voyage en voiture, il est essentiel de faire des pauses. Il est conseillé de faire une pause toutes les 2 heures, ne serait-ce que de 5 minutes. Une petite tasse de thé ou de café de temps en temps aide aussi à combattre la fatigue. Important : quand vous faites une pause, ne restez pas assis dans la voiture, surtout si vous êtes sujet au mal de dos. Sortez, bougez un peu, étirez-vous… cela réactivera votre circulation sanguine.

Si le besoin s’en fait sentir, n’hésitez pas à faire une pause plus longue, pour les repas par exemple. Vous pouvez aussi en profiter pour fermer un peu les yeux. Inclinez le siège au maximum et laissez-vous aller. Attention : ne dormez pas plus de 20 minutes, sans quoi vous aurez beaucoup de mal à sortir du sommeil et à vous remettre d’aplomb… Et ne vous inquiétez pas si vous ne réussissez pas à dormir : ce qui est le plus important, c’est de se laisser (re)gagner par la sérénité.

 

Assurer l’ambiance

Si vous êtes seul(e) dans la voiture, mettez de la musique que vous aimez. Veillez à ne pas mettre le son trop fort, afin de ne pas vous laisser déconcentrer. Si vous avez des enfants avec vous, veillez à ce qu’ils soient bien occupés…

bannière lien carigami

Crédits photo : couverture

1 commentaire

1 commentaire

Anna O 17 juin 2016 - 1:01

Ces « conseils alimentaires » donnés jusque dans la sécurité routière me mettent hors de moi !!! Selon la formule employée par Marlène Chiappa dans un de ses livres, on peut vraiment dire pour le coup que ce sont des « conseils de garagiste », car au mieux ils s’adressent à « une norme standardisée de conducteurs » (et encore cela reste-t’il à vérifier….) et au pire ils sont « très partiels » car ne prenant en compte que ‘certains aspects du fonctionnement humain’ comme le « nombre de calories dépensées par km » en laissant totalement de côté la « réaction de l’estomac » !! Or, en la matière, désolée mais « chacun est différent de son voisin » ! Personnellement hormis pendant l’enfance (jusqu’à dix-onze ans) je n’ai jamais réussi à me contenter de 2500 kcal par jour et plus je me lève tôt plus j’ai faim le midi (c’est donc idem dans ‘toute situation’ : travail, stage, grande sortie récréative en bus etc….) : ne vous en déplaise il y a « de petits et de gros mangeurs » et moi personnellement, j’ai beau dépenser peu de calories en voiture, à midi (c’est à dire environ deux heures avant l’arrivée) mon estomac crie tellement famine que je suis ABSOLUMENT INCAPABLE de mon contenter d’un repas léger !! SI JE MANGE LEGER quand je fais ce voyage (précision qui s’impose : je suis « seule au volant » et je mets « onze heures de trajet pour 700 km car l’autoroute est malheureusement absente sur les trois quarts du trajet….) je me sens tellement mal que……JE RISQUE CARREMENT DE LACHER LE VOLANT !!! Par contre, si je mange copieux je me sens tellement rassasiée que ma conduite s’en trouve améliorée !! Et je ne somnole absolument pas puisque : il s’agit de « LA QUANTITE DONT J’ AI BESOIN » pour me sentir bien, « dans ce cas il ne s’agit pas d’un surplus » ! Jusqu’à preuve du contraire « l’excès alimentaire consiste à ‘manger davantage que sa faim' ». Alors dites-moi : que faire dans mon cas ? Dois-je préférer ‘malgré tout’ manger léger et me tuer (et tuer sans doute une autre personne) sur l’autoroute pour avoir lâché le volant à 110 km/heure parce que je n’aurai pas supporté ma crampe d’estomac ?!!….

Alors de grâce, sans réclamer l’utopie de « conseils personnalisés pour les grands trajets » (encore que je paris qu’une vague d’embauche supplémentaire à la Sécurité Routière le permettrait !) et…… »‘pour changer un peu » dans ce pays : RESPECTONS LES DIFFERENCES INDIVIDUELLES ! Soit la sécurité routière est « entièrement du collectif », sauf que le problème est celui-ci : il est malheureusement impossible de ‘transformer des humains en robot’ pour pouvoir leur appliquer efficacement des conseils standardisés ! Malheureusement pour la route et la société « le bon Dieu nous a tous conçus différents » et donc avec « des estomacs différents » pour chacun (certains réclamant très peu, d’autres beaucoup, d’autres modérément), parce que précisément il a conçus « des hommes et pas des robots » !

Dernière précision : « l’alimentation ne figure pas au programme des stages de récupération de points du permis de conduire » (tout le reste y est : alcool, drogue, médicaments mais pas la nourriture), comme quoi donc notre Etat semble quand même réaliser qu’une partie de ses conseils ne peut figurer à la sécurité routière interne (celle diffusée « non publiquement »)……Mais ça viendra sans doute un jour !

Bon, je n’en rajoute pas, vous m’avez bien comprise !

Signé « une conductrice ‘expérimentée de vingt années de longs trajets en solitaire » : toujours mangé copieux et JAMAIS UN SEUL ACCIDENT (je n’en ai eu que sur ‘de petits trajets’ près de chez moi).

Répondre

Laissez un commentaire