Visiter Colmar en une journée : mes bons plans

par Raphael
2 commentaires

Parti depuis Strasbourg en voiture, il faut compter une heure pour atteindre la ville de Colmar, surnommée la capitale des vins d’Alsace. Puisque c’était un dimanche de mai et qu’en mai, chacun fait ce qu’il lui plaît, je me suis dit que ce serait dommage de ne voir que de l’autoroute ou de la route nationale. Par conséquent, je suis plutôt passé par les routes départementales pour explorer quelques petits villages d’Alsace, dont les multiples maisons à colombages sont typiques et en font la particularité.

 

Arrivé à Colmar, vers 11 h 30, j’ai trouvé un peu par hasard le parking de la place Scheurer­-Kestner, qui s’avère être gratuit le dimanche (en semaine et le samedi, comptez environ 15 € la journée) et à proximité de l’Office de Tourisme.

Ne connaissant pas du tout l’Alsace et encore moins Colmar, j’ai pu avoir des informations intéressantes sur la ville de la part de la très charmante dame de l’Office et ai pu en quelques minutes me faire un joli programme, depuis la vieille­ ville jusqu’aux allées moins bondées de touristes pour profiter du côté indubitablement pittoresque de Colmar.

L’autre fierté de Colmar est bien entendu le fait que Frédéric-Auguste Bartholdi, le concepteur de la Statue de la Liberté que la France a offerte aux États-­Unis, y est né.

 

Un peu de gastronomie alsacienne

Tout d’abord, on savoure un repas en terrasse dans un restaurant sur la place où se dresse majestueusement un ancien couvent, qui abrite désormais le musée d’Unterlinden. Sur la carte du restaurant, on retrouve des spécialités bien françaises comme le cordon bleu de veau ou de volaille ou bien encore une bouchée à la reine, le tout agrémenté d’une sauce aux champignons, mais aussi des spécialités alsaciennes comme la flammekueche (« tarte flambée ») ou la choucroute.

Vue de la façade d'un restaurant à Colmar.

À Colmar, de nombreux restaurants vous proposeront de la gastronomie alsacienne.

 

En fromage, on retrouve le munster, produit d’Alsace. La bière est également au rendez­-vous avec soit un cynar, soit un picon, Le premier est fait à base d’artichaut lorsque le deuxième, plus amer, est produit à partir d’oranges : les deux sont à goûter !

 

Dans la vieille ville de Colmar

La peau du ventre désormais bien tendue, j’ai suivi le « Circuit découverte » proposé par la ville de Colmar afin de me rendre aux principaux monuments. Au fil de la balade, on retrouve des écriteaux extrêmement pratiques indiquant les informations­-clefs à connaître sur l’histoire des bâtiments colmariens ou des personnalités qui y ont vécu.

Vue sur une place avec une grande maison jaune à Colmar en Alsace.

Au fil des rues et places du vieux Colmar…

 

Ainsi, on commence avec l’incroyable maison des Têtes. Le nom est plutôt évocateur car la façade de la demeure est décorée de nombreuses sculptures représentant des têtes… faisant des grimaces. On suit son chemin pour arriver sur la place des Dominicains où se dresse une colossale église. Ensuite, la magnifique collégiale Saint­-Martin de style gothique, où l’on peut pénétrer pour y allumer un cierge et pour découvrir des pièces d’art uniques comme le triptyque de la vie de sainte Anne du début du XVIe siècle ou un retable en bois polychrome de la Sainte-Parenté de Jésus de la fin du XIXe siècle.

Maisons à colombages à Colmar en Alsace.

Et toujours ces délicieuses maisons à colombages colorées…

 

Au fil de la promenade, on s’émerveille de la beauté de Colmar : entre la place de l’Ancienne Douane, la rue des Marchands, la Petite Venise, la place des Martyrs de la Résistance et encore toutes les autres petites ruelles, on y retrouve un charme provincial bien atypique.

 

En barque à travers la Petite Venise

Après avoir flâné dans les différentes boutiques à souvenirs, je suis arrivé au sublime quartier de la Petite Venise pour une visite guidée en barque plate du Lauch, un sous­-affluent du Rhin.

Vue d'une forêt depuis une barque en bois à Colmar en Alsace.

En barque à travers la Petite Venise, ancien quartier de maraîchers…

 

Selon le guide, ce cours d’eau (prononcé « laor », qui signifie « poireau » en allemand) devrait son nom à une légende locale selon laquelle un maraîcher qui remontait la rivière transportait alors une cargaison de poireaux, laquelle il mangea. À la suite de cela, sa barque chavira et le maraîcher tomba : trop lourd, il coula et mourut dans le Lauch, ou plutôt dans le « poireau ».

Pour en savoir plus 10 balades en bateau à faire en France

Ce même guide expliqua pourquoi les maisons alsaciennes sont si bigarrées. À l’origine, il y avait deux couleurs, le rouge et le bleu. La première servait à peindre la façade des maisons appartenant aux protestants lorsque la seconde était dédiée aux demeures des catholiques, de telle manière qu’il était possible de connaître la confession religieuse de quiconque empruntait le seuil de sa maison. Au fil du temps, la tradition se perdit, et les Alsaciens commencèrent à peindre les maisons avec d’autres couleurs : blanc crème, orange, jaune, ocre, etc.

Maison à colombage au bord d'un canal à Colmar en Alsace.

Dans le quartier de la Petite Venise.

 

Le chef-d’œuvre du musée d’Unterlinden

Revenu sur la rive, je me suis empressé de me rendre au musée d’Unterlinden car 16 h étaient déjà passées, or ce dernier ferme à 18 h. J’ai pu découvrir un ouvrage qui vaut à lui seul le détour à Colmar : le retable d’Issenheim de Matthias Grünewald.

Vue du retable d'Issenheim au musée d'Unterlinden à Colmar en Alsace.

Le retable d’Issenheim, chef-d’œuvre de l’art médiéval.

 

À l’aide de l’audioguide inclus dans le ticket d’entrée, le musée d’Unterlinden offre une explication détaillée des différents éléments présents sur chaque pan de l’œuvre d’art : depuis la crucifixion du Christ jusqu’à l’ermitage de saint Paul visité par saint Antoine, en passant par les passages incontournables de la religion chrétienne : l’Annonciation, la Résurrection, etc.

 

Autour de Colmar : la route des Vins d’Alsace

Pour finir la journée, j’ai profité de la voiture pour faire une partie de la Route des Vins d’Alsace afin de découvrir le vignoble de la région du Haut-­Rhin.

Comme la voiture commença à être à court d’essence et que les stations-service se faisaient rares, je me suis résigné au bout de deux heures à écourter mon parcours au travers de villages aux noms « imprononçables » à savoir Colmar, Turckheim, Niedermorschwihr, Katzenthal, Ammerschwihr, Bennwihr, Mittelwihr, Beblenheim, Riquewihr, Zellenberg, Hunawihr, Ribeauvillé, Bergheim, Rorschwihr, Rodern, Saint­-Hippolyte, Orschwiller, Kintzheim, Châtenois, Scherwiller et Dieffenthal.

Pour en savoir plusNotre top 11 de la route des Vins d’Alsace

Vue d'un village alsacien dominé par les Vosges.

Tout le charme de la route des vins d’Alsace, au pied des Vosges…

 

Conclusion : habitué à visiter des grandes villes comme Strasbourg, Bruxelles, Amsterdam et Berlin, j’ai été agréablement surpris des possibilités dont regorge Colmar, surtout que je n’ai pas eu le temps de tout visiter.

Entre la richesse du patrimoine architectural, les nombreux musées, dont le musée d’Histoire naturelle et le musée du Jouet, que je n’ai pu faire mais fort conseillés, et la gastronomie alsacienne, à mon avis, la ville a suffisamment d’attraits touristiques pour contenter les touristes que nous sommes pendant deux à trois jours.

Une visite de Colmar au soleil fut trés agréable, mais il semble que la magie de Noël prenne possession des rues colmariennes en décembre : il est sûr qu’un Noël en Alsace vaut le coup de volant !

Pour en savoir plusLes 11 plus beaux marchés de Noël de France

 

2 commentaires

2 commentaires

colmar 11 novembre 2017 - 22:26

J’habite colmar et j’ai habité strasbourg auparavant, je peux vous dire que la ville de Colmar est 100 fois mieux. On a les montagnes à 10 minutes. Merci pour cet article qui met en valeur l’alsace et colmar 🙂

Répondre
Pierre 13 novembre 2017 - 8:04

Merci beaucoup 🙂 Et je suis d’accord : Colmar et l’Alsace méritent tellement une visite !! Pierre

Répondre

Laissez un commentaire