Trois idées pour visiter Berlin autrement

par Pierre
0 commentaire

Berlin, on la connaît parfois sans connaître… La porte de Brandebourg, le Reichstag et sa coupole de verre, la tour de télévision… On y va, on y retourne, on profite de l’ambiance légère et décomplexée qui a su s’installer après des décennies d’histoire tourmentée. Berlin n’est pas forcément belle – même les Berlinois le disent – mais on y croise une insouciance communicative et des prix encore raisonnables. Pour votre prochaine fois, voici trois idées de découverte de la capitale allemande, hors des sentiers battus.

 

1/ En Trabant à travers Berlin

Ah, la Trabant, symbole de l’ex-RDA comme la Coccinelle l’était pour l’ex-Allemagne de l’Ouest… Il fallait compter quatre années d’attente pour se voir livrer cette vaillante petite automobile, qui n’a pas survécu longtemps à la chute du Mur. Aujourd’hui, il flotte comme un parfum de nostalgie autour de ce véhicule sans prétention. À Berlin, Trabi Safari vous permet de reprendre le volant d’une Trabant le temps d’une balade d’une heure dans le Berlin historique. Plusieurs circuits sont possibles, nous on a testé celui conduisant à Berlin-Est (autant être dans l’ambiance, non ?).

Vue d'une trabant.

Retour à l’époque de l’ex Allemagne de l’Est, au volant d’une « Trabi ».

Intérieur d'une trabant.

Une visite… tout confort !

 

Le principe est assez simple : c’est un petit convoi de Trabant qui s’élance et il s’agit de suivre le véhicule de tête, depuis lequel on vous indique le chemin et vous donne les explications sur les lieux que vous croisez au cours du périple (en allemand et en anglais, pour notre part c’était par un Berlinois gouailleur à souhait, ce qui ne gâche rien). Pas de panique si le feu vire au rouge, vous êtes attendu par le reste du convoi au coin de la rue.

Vue de Check Point Charlie à Berlin en Allemagne.

Check Point Charlie est un ancien poste frontière entre Berlin-Ouest et Berlin-Est.

 

Pour conduire une Trabi, rien de bien compliqué. Il faut juste se réhabituer à un habitacle sans confort, où le bruit est omniprésent (la Trabant fait un bruit de tondeuse à gazon, c’est un moteur deux-temps), la pollution aussi (un logiciel truqué n’y changerait rien)… Ah, il faut juste prendre en main quelques instants le levier de vitesse à l’ancienne, comme celui qui ornait les 2CV de grand-papa. Après, rien de difficile. Pour qui vient d’une ville française, la circulation à Berlin est d’une zénitude appréciable et le flux de véhicules est plutôt étonnamment réduit – nous avons fait le circuit un samedi en plein après-midi et ce, à travers la zone touristique. En fait, ce seront plutôt les piétons qui traversent qui vous feront ralentir.

Allez, c’est parti… (la voiture jaune a un peu de mal… légère confusion entre la marche arrière et le point mort, mais une fois qu’on le sait, ça marche tout seul !)

 

2/ Schöneberg sur de bonnes voies

Quand on se promène à Berlin et qu’on entend peu parler français, c’est qu’on a réussi à dénicher un coin un peu à part. Bon, c’était peut-être un hasard, mais ce fut le cas au parc du Schöneberger Südgelände, au sud de la capitale. Un endroit étonnant puisqu’il occupe l’ancien secteur de la gare de triage de Tempelhof.

Vue du site de Schöneberg à Berlin en Allemagne.

L’ancien site ferroviaire de Schöneberg est aujourd’hui envahi par la forêt.

Les anciennes voies ferrées ont été livrées à la nature, un hangar abrite désormais un petit théâtre et des expositions, un café s’est implanté au pied de l’ancien château d’eau métallique, on se balade au milieu des arbres, des rails, des postes d’observation des oiseaux, on croise une vieille locomotive à vapeur…

Prellerweg 47-49 | Ouvert à partir de 9 h, jusqu’à la tombée de la nuit

 

3/ Moabit, un quartier (encore) à découvrir

Situé entre le cœur historique de Berlin et l’aéroport de Tegel, le quartier de Moabit est une bonne occasion de se rapprocher de votre avion tout en continuant de profiter encore de la “vraie” capitale allemande : c’est en effet dans ses quartiers périphériques que se concentre encore une vie quotidienne plutôt authentique. Et encore, Moabit se “hypise” à vitesse grand V… Donc : profitez-en.

 

→ Einer dieser Tage

Vue d'un café à Berlin en Allemagne.

Einer dieser Tage, une adresse discrète et cosy dans le quartier de Moabit.

On passerait presque devant sans en remarquer la devanture. Le café se veut discret, “de quartier”. C’est vrai qu’on y croise beaucoup d’habitués, jeunes. L’intérieur est chaleureux et intime, avec un poêle dans le coin pour les longues journées d’hiver. On s’est personnellement régalé de ses gaufres accompagnées d’une boule de glace maison.

Waldstraße 32, Berlin-Moabit | Lundi de 12 h à 20 h, les mardis et mercredis de 11 h à 20 h, du jeudi au dimanche de 11 h à 21 h

 

→ Arminiusmarkthalle

Vue d'un marché couvert à Berlin en Allemagne.

L’Arminiushalle est le « ventre » du quartier de Moabit.

Les marchés couverts ne sont pas monnaie courante en Allemagne et celui-ci devrait ravir les “Latins” de passage à Berlin. La jolie halle sert plus d’écrin aux tablées de restaurants et de cafés qu’à la vente de denrées, mais c’est un joli moment dans un joli endroit pour déjeuner ou prendre un café.

Arminiusstraße 2-4, Berlin-Moabit | Tous les jours de 8 h à 22 h, fermé le dimanche

 

0 commentaire

Laissez un commentaire