Road trip aux USA : 10 jours grandioses entre Yellowstone et Grand Teton

par Invité
1 commentaire

Les premiers trappeurs sont arrivés dans le Yellowstone au début du XVIIIe siècle, tous décrivent alors une terre de glace et de feu, une eau bouillante, un sol chaud et fumant… Mais aucun de ces récits n’est pris au sérieux. Et, il faudra attendre 1869 pour qu’une expédition scientifique s’enfonce dans le Yellowstone. Rapidement, les politiques prennent conscience de la valeur de ces terres, et il ne faudra que 2 ans pour faire du supervolcan du Yellowstone le tout premier parc national créé dans le monde.

 

 

La carte des parcs nationaux de Yellowstone et Grand Teton

Carte touristique du parc de Yellowstone.

Quelques années après la création du parc national du Yellowstone, on envisage de l’agrandir jusqu’à la vallée de Jackson Hole, et aux chaînes des Tetons. Mais, ce projet va être repoussé pendant presque 30 ans, car, contrairement aux terres du Yellowstone, la plaine est habitée par des fermiers qui s’y opposent fermement. La chaîne de montagnes sera classée en 1929, en même temps que 6 lacs ; ce n’est qu’en 1950 que le parc, tel que nous le connaissons aujourd’hui, sera établi. En 1972, le Yellowstone et le Grand Teton sont « reliés » par la John D. Rockefeller, Jr. Memorial Parkway : une route qui traverse les terres achetées par John D. Rockefeller Jr. entre les deux parcs nationaux pour les préserver de toute construction dans le futur.

Le parc national de Yellowstone, avec ses 9000 km2, est l’un des plus vastes des USA. À titre de comparaison, cette superficie correspond à celle du département français de la Dordogne. Il se situe dans sa très grande majorité dans l’État du Wyoming, au nord-ouest des États-Unis. Celui de Grand Teton, lui, ne mesure « que » 1250 km2.
 

Yellowstone par la grande porte

Porte d'entrée du parc national de Yellowstone.

L’arche de Roosevelt, porte d’entrée nord du Yellowstone (Gardiner, Montana). © Mitchka – Fish & Child(ren)

L’entrée nord du parc n’est pas la plus usitée aujourd’hui par les touristes, mais elle est la porte emblématique du Yellowstone. Inaugurée par le Président Théodore Roosevelt en 1903, à Gardiner (au sud du Montana), elle a vu passer les premiers visiteurs qui arrivaient alors en bus-calèche depuis Cinnabar, ancien terminus du train. On peut lire sur son fronton : « For the Benefit and Enjoyment of the People », ce qui signifie : « Pour le bénéfice et la jouissance du peuple ». Plus d’un siècle plus tard, ce sont 3 millions de personnes que le parc accueille chaque année…

Une fois la porte passée, la route serpente à travers des collines nues, et cela jusqu’au village de Mammoth Hot Spings. Ici les visiteurs s’agglutinent autour des quelques infrastructures touristiques et du monument naturel créé par l’eau calcaire. En période estivale, l’affluence est telle, qu’il est difficile de s’y faire une place… Contrairement à Norris où l’immensité du site permet une meilleure circulation des touristes. Car, s’il est difficile de se garer, nombreuses sont les familles qui s’arrêtent au point de vue, et qui ne prennent pas la peine de descendre sur les chemins qui courent au-dessus de ce sol de feu.
 

La Lamar Valley

Un troupeau de bisons dans le parc national de Yellowstone.

Bisons dans la Vallée de Lamar. © Mitchka – Fish & Child (ren)

Au nord-est du parc, la Lamar Valley attire moins les foules. Pourtant exceptionnellement belle, et peuplée de milliers de bisons, sa situation, à l’écart des « attractions » principales, en décourage beaucoup… seuls les pêcheurs prennent le temps de s’y poser des journées entières. Au bord de la Lamar river ou de la Soda Butte Creek, ils sont nombreux à s’adonner à la pêche à la mouche.
 

La rivière Yellowstone

Cascade dans le parc national de Yellowstone.

Les chutes de la rivière Yellowstone. © Mitchka – Fish & Child(ren)

Le nom du parc vient de la couleur de la roche qui entoure les chutes de la rivière Yellowstone, des « roches jaunes » qui habillent le site d’une lumière froide étonnante. Si ces gorges sont impressionnantes, la vallée entre Canyon Village et Fishing Brigde est, elle, un véritable jardin d’Eden… quelle que soit l’heure de la journée, la lumière y est toujours douce, et les bisons jamais bien loin…
 

Le lac du Yellowstone

Coucher de soleil sur un lac aux USA.

Gull Point au coucher du soleil. © Mitchka – Fish & Child(ren)

Pourtant « bordé » de plusieurs campings et de différentes structures d’accueil, le lac du Yellowstone est un des lieux les moins fréquentés du parc. Pourtant, calme et relaxant, doté de plusieurs plages, et contourné par différents sentiers de randonnée, on y croise peu de monde.

S’il est possible de faire du kayak ou des sorties en bateau depuis Bridge Bay, s’installer tranquillement sur la plage de Gull Point au coucher du soleil est de loin la meilleure façon d’apprécier le lac du Yellowstone.
 

La route touristique du parc national de Yellowstone

Lac volcanique dans le parc national de Yellowstone.

Le célèbre Grand Prismatic de Yellowstone. © Mitchka – Fish & Child(ren)

La superficie du Yellowstone est semblable à celle de la Corse, aussi a-t-on souvent l’impression d’être seuls dans le parc, malgré les milliers de touristes qui circulent tous les jours. Seule la route reliant Madison Junction à West Thumb est encombrée, et cela dès 9h du matin.

L’immense site d’Old Faithfull attire les visiteurs toute la journée pour admirer l’éruption du geyser (qui a lieu toutes les 1h/1h30 environ), et s’il est assez simple de s’y garer et d’y circuler, c’est une tout autre chose autour du Grand Primastic où les voitures se bousculent et forment de véritables bouchons. Il faudra vous armer de patience (ou vous lever très tôt) pour apprécier un des plus célèbres geysers de la planète.
 

Grant Village et West Thumb

Lac dans le parc national de Yellowstone.

West Thumb, dans le parc national de Yellowstone. © Mitchka – Fish & Child(ren)

Peut-être moins connu que ces deux voisins (Old Faithfull et le Grand Prismatic), la visite de West Thumb permet de découvrir des bassins aux couleurs folles, et des vues grandioses sur le lac du Yellowstone. Le long de ses pontons, vous pourrez découvrir les geysers qui se cachent dans l’eau… et qui servent de spa aux loutres l’hiver !

À proximité du site, se trouve Grant Village, principale porte d’entrée du parc de nos jours, qui dispose de plusieurs restaurants, d’un camping avec douche, d’une épicerie (minimaliste), et d’une station-service… un arrêt s’y impose généralement qu’on entre ou qu’on sorte du parc.
 

Parc national de Grand Teton : le Jackson Lake

Un lac dans le parc national de Grand Teton.

Au port de plaisance de Colter Bay. © Colter Bay – Fish & Child(ren)

Si le parc national du Grand Teton est bien plus petit que son illustre voisin, il n’est pas désintéressant d’y passer plusieurs jours et d’y prendre son temps. Sa dimension en fait un parc peut-être plus « abordable » que le parc du Yellowstone. En 3 ou 4 jours, on peut en découvrir une grande partie sans se presser.

Autour du Jackson lake, on trouve de nombreux campings, plusieurs restaurants, des plages et des petits ports de plaisance, comme celui de Colter Bay. Ici, les touristes peuvent faire du bateau ou du canoë, se baigner, se promener, et même observer des castors… Un lieu de vacances idéal en famille !
 

Randonnée dans le parc national de Grand Teton

Un chemin de randonnée dans le parc national de Grand Teton.

Sentier autour de Two Ocean Lake, parc national du Grand Teton. © Mitchka – Fish & Child(ren)

Les sentiers de randonnée sont nombreux dans le parc. Les plus difficiles vous amèneront à tester l’endurance de vos mollets sur les pics montagneux, d’autres prendront l’allure de balade digestive au bord du lac. Entre les deux, il y a plusieurs chemins qui permettent d’attendre ou de contourner des petits lacs isolés, comme Two Ocean Lake ou Emma Matilda Lake… mais attention, ce sont également sur ces chemins que les ours se baladent le plus souvent…
 

Longer la Snake River

Une rivière dans le parc national de Grand Teton.

La Snake River dans le parc national du Grand Teton. © Mitchka- Fish & Child (ren)

La Snake River fait partie des rivières mythiques de l’Ouest américain. Plus grand affluent de la Columbia river, elle naît dans le Yellowstone puis serpente dans à travers la plaine du parc national du Grand Teton, avant de rejoindre l’Idaho, l’Oregon, et enfin le Washington.

Si elle fut une rivière à saumon exceptionnelle, aujourd’hui sa faune souffre des nombreux barrages qui la jalonnent… C’est donc dans le Grand Teton, avant que la rivière ne soit aux prises des centrales hydrauliques, que les pêcheurs se retrouvent pour lancer leurs mouches, depuis la rive, ou, plus fréquemment, en barque.
 

Les chemins de traverse…

Lower Slide Lake, parc national du Grand Teton. © Mitchka – Fish & Child(ren)

Le Grand Teton, comme le Yellowstone, offre de nombreux chemins de traverse. Entre le Jackson lake et la ville de Jackson, la route est droite et dégagée pourtant si vous êtes attentifs, vous verrez de nombreux chemins adjacents, menant à des lacs, des rivières, des sentiers. Ces pistes font sursauter la voiture, et vous donnent le sentiment d’arriver au bout du monde, c’est le cas du visiteur qui arrive au Lower Slide Lake en fin de journée… C’est le lieu idéal pour profiter pleinement du coucher de soleil avant de quitter le parc par le sud.

Optimisés pour les voitures, il est possible de traverser les parcs du Grand Teton et du Yellowstone sans mettre un pied par terre… mais quelle tristesse de ne pas se perdre, de ne pas chercher à découvrir plus que les principales attractions touristiques. C’est pourquoi il est vivement conseillé de prendre son temps pour sortir des axes principaux, pour découvrir autre chose que les attractions principales. Et dix jours ne sont pas de trop…
 

Quelques liens pour préparer son voyage

 

À propos de l’auteur


Mitchka partage avec nous sur son blog Fish & Child(ren) ses voyages en famille, et ce n’est jamais de tout repos. Les enfants, les cannes à pêche et les imprévus sont souvent (toujours) au menu de ses vacances…
 


Crédits carte : Map tiles by Stamen Design, under CC BY 3.0. Data by OpenStreetMap, under CC BY SA.

1 commentaire

1 commentaire

JJ Chevallier, géologue et minéralogiste 19 décembre 2019 - 17:20

La durée minimum d’un séjour dans cette région ne doit pas être inférieure à une grosse semaine si vous êtes curieux et que vous voulez voir tout voir. La caldeira de Yellowstone est une formation géologique extraordinaire et unique au monde qu’il faut découvrir après avoir un peu recherché ses origines sur internet ou dans les livres. La faunes qui y vit est riche d’espèces que vous découvrirez en prenant garde à respecter la nature et les consignes de sécurité qui peuvent sembler draconiennes mais souvenez-vous que vous êtes au milieu d’animaux sauvages, même s’il ont l’habitude de côtoyer les humains ils n’en demeure pas moins qu’ils peuvent avoir des réactions soudaines imprévisibles. C’est un parc où l’on revient toujours avec un immense plaisir. J’y ai fait des randonnées superbes et des photos par milliers.
Enjoy your trip !
https://www.mineralogie.club/yellowstone

Répondre

Laissez un commentaire