Côte Ouest des USA : 9 coups de cœur entre Seattle et San Francisco

par Invité
0 commentaire
Une plage abandonnée aux USA.

Les itinéraires possibles pour un road trip aux USA sont aussi nombreux que les routes qui traversent le pays. Parc national, désert, forêt, city-trip, océan, c’est à vous de définir ce que voulez… Mais si vous ne savez pas choisir, opter pour un road-trip entre Seattle et San Francisco, entre métropoles et nature XXL, vous ne serez pas déçus.

 

 

Seattle (Washington)

Vue aérienne de Seattle.

Le panorama depuis le 73e étage de la Columbia Tower, Seattle. © Mitchka – Fish & Child(ren)

Seattle est loin d’être la ville la plus populaire chez les touristes francophones. Souvent imaginée embrumée et pluvieuse à cause de sa proximité avec le Pacifique et la Colombie Britannique, Seattle est délaissée au profit de villes plus ensoleillées… Pourtant c’est une ville surprenante, qui charme tous ceux qui l’approchent.

Le meilleur moyen de commencer la découverte de la ville : monter au 73e étage de la Columbia Tower pour admirer la baie, les buildings, et le Space Needle qui plane au dessus de la métropole depuis 1962.

Du marché de Pike Place à Fremont, en passant par Capitol Hill ou/et le seattle Center, le visiteur découvre une ville multiple, où les ambiances et les styles se mélangent dans une douceur de vivre étonnante.
 

San Juan Island (Washington)

Vue d'une île aux USA.

Le dédale d’îlots de San Juan Islands, près de Seattle. © Mitchka – Fish & Child(ren)

La logique voudrait, qu’en quittant Seattle, vous preniez la direction du sud … mais ce serait une grave erreur ! Il y a à quelques kilomètres au nord de la métropole, un petit écrin azur composé de 700 îles et îlots : l’archipel de San Juan.

Si, depuis Seattle, il est possible d’embarquer pour une sortie à travers les îles, il est bien plus agréable de prendre un ferry à Anacorte en partance pour San Juan Island ou Orcas Island. Un séjour sur ces îles est une expérience aussi relaxante qu’unique.

San Juan Island, la plus grande île de l’archipel, est le lieu idéal pour une retraite au calme. Rien de tel que se lever de bonne heure, voir le soleil se lever du Friday Harbor, avant d’entamer une randonnée sur le site English Camp en compagnie de quelques biches peu farouches… Et si vous ne faites pas trop de bruit, des renards devraient se montrer.

L’archipel de San Juan est aussi un lieu bien connu pour les orques qui peuplent sa baie de mai à octobre, plusieurs spots d’observation, comme celui de Lime Kiln Point, sont aménagés le long des côtes.
 

Olympic National Park (Washington)

Une plage sauvage aux USA.

South Beach, une des plages de rêve du Parc National Olympique © Mitchka – Fish & Child(ren)

En quittant l’archipel de San Juan, deux options sont possibles : descendre directement vers le sud, ou prendre vers l’ouest pour découvrir la péninsule Olympique.

Le parc national Olympique, est connu pour ses forêts pluviales, sa pêche au saumon, ses randonnées en montagne et ses limaces géantes ! Coincé entre l’océan Pacifique et la chaîne des Cascades, la région jouit de températures plutôt douces pour ces latitudes, mais connaît des précipitations quasi quotidiennes en dehors de la période estivale.

Si la Hoh Rain Forest est le site emblématique du parc, celui-ci couvre également cent kilomètres de côte, ponctués de plages exceptionnelles, comme celle de South Beach ou Ruby Beach, qui sont à découvrir absolument…

 

La Columbia River (Washington, Oregon)

Une large vallée aux USA.

Les paysages maginfiques de la Columbia River… © Mitchka – Fish & Child(ren)

Après une halte (ou pas) à Portland, vous pourrez partir sur les traces de Lewis et Clark en remontant l’immense Columbia River. Plus grand fleuve du Nord-Ouest américain, mythique par son histoire liée aux premiers explorateurs, c’est aussi un lieu de tourisme très couru.

Si vous envisagez de découvrir les gorges de la Columbia, et ses fabuleuses chutes : Multnomah Falls, Fairy Falls, etc. … il vous faudra vous lever très tôt, ou être patients. Une seule route, tortueuse et étroite dessert ces hauts lieux de baignades, propices aux pique-niques et aux selfies !
 

Shaniko (Oregon)

Charette de bois dans un village aux USA.

La ville (presque) abandonnée de Shaniko. © Mitchka – Fish & Child(ren)

Qui n’a jamais rêvé de visiter une « ghost town » ? Ces villes fantômes disparues presque aussi rapidement qu’elles sont apparues … Bâties au milieu de nulle part, souvent abandonnées après la fermeture d’une ligne ferroviaire, elles sont à présent figées et témoignent d’une période faite de tâtonnements.

Shaniko est née à la fin du XIXe siècle, et s’est développée autour de sa gare. Elle est alors le terminus du train qui relie les plaines à la Columbia River … Rapidement, on souhaite prolonger la voie ferrée, mais la topographie du territoire l’empêche. Sans tergiverser, on construit une nouvelle ligne un peu plus loin, et les emplois se déplacent… La ville se vide peu à peu.

Aujourd’hui, il reste quatre petits commerces, et une vingtaine d’habitants, qui subsistent grâce à la classification du village en “ghost town” … mais le tourisme y reste anecdotique.
 

Le Parc d’État de Smith Rock (Oregon)

Falaises aux USA.

Le Parc d’État de Smith Rock, paradis pour l’escalade et la randonnée. © Mitchka – Fish & Child(ren)

Et au milieu coule une rivière… Voilà les mots qui vous viennent lorsque vous arrivez sur le site du Parc d’État de Smith Rock : un des plus beaux parcs du haut désert de l’Oregon.

Ici, tout est aride, l’air qu’on respire est sec et poussiéreux, les terres affichent en été une couleur paille qui s’étend à l’infini… Mais là, au creux des falaises, la Crooked River sillonne et développe autour d’elle un petit royaume de fraîcheur.

Si le lieu se prête à la randonnée et à l’escalade, il est aussi exposé à des températures très élevées… En période estivale, il n’est pas rare de voir le thermostat s’approcher dangereusement des 40°C, aussi il est fortement recommandé de visiter le parc très tôt le matin ou en toute fin de journée.
 

Redwood National et States Parks (Californie)

Racines géantes d'un arbre aux USA.

Devant les racines du Dyerville Giant, tombé à l’âge de 1600 ans, il fut l’arbre le plus haut du monde avec ses 113 mètres. © Mitchka – Fish & Child(ren)

Le parc national de Redwood (pour en savoir plus : ↘️ le site officiel du parc – en anglais) s’étend sur une centaine de kilomètres, le long de la côte pacifique entre Crescent City et le comté d’Humboldt. C’est ici, au nord de la Californie que résident les séquoias à feuilles d’if, qui sont parmi les arbres les plus hauts du monde.

Visiter ces forêts, c’est la perspective de découvrir un autre monde et de mieux comprendre le rapport que les Amérindiens ont entretenu avec cette nature. Il y règne un silence poignant, une force envoûtante, il n’est pas difficile d’y imaginer des esprits quand la brume s’abat entre les arbres, et que le décor devient fantomatique.

La région est idéale pour des balades familiales : accessibles, sans grande difficulté (si ce n’est quelques racines d’arbres sur les sentiers), et toujours étourdissantes … vous ne lasserez pas de cet environnement… certes un peu humide !

Pour une promenade entre géants centenaires et fleurs sauvages, nous vous conseillons le Lady Bird Jonhson Grove Trail ; pour ceux que le torticolis n’effraie pas, l’Avenue des Géants (au sud d’Eureka), avec ses arbres millénaires haut de plus de cent mètres, vous attend.
 

La Route 1 (Californie)

Vue de la côte Pacifique aux USA.

La route 1, au nord de la Californie. © Mitchka – Fish & Child(ren)

La Highway 1 qui descend la côte, de Legget au nord de San Diego, compte parmi les plus belles routes des États-Unis. Serpentant le long de falaises vertigineuses, elle offre des points de vue exceptionnels et oblige le voyageur à prendre son temps, au risque d’y laisser son petit déjeuner !

Plusieurs haltes s’imposent, de nombreux villages sont à explorer : Fort Bragg, Mendocino, Point Arena, Gualala, Jenner… Autant de lieux divers qui permettent d’apprécier, chaque fois différemment, cette côte… Des biches du Gualala Point Regional Park aux paysages verdoyants de Point Reyes, en passant par les kayakistes de la Russian River… Cette route n’a pas fini de vous étonner.
 

San Francisco (Californie)

Une rue à San Francisco.

Dans les rues de San Francisco… © Mitchka – Fish & Child(ren)

Deux milles cinq cent kilomètres après avoir quitté Seattle, vous passerez le Golden Gate et pourrez partir à la découverte de l’incroyable ville de San Francisco. C’est le moment de lâcher la voiture, et de mettre ses mollets au défi de supporter, trois ou quatre jours durant, les côtes vertigineuses qui composent la ville.

San Francisco est une ville immense, et comme toutes les grandes villes, il est nécessaire d’y consacrer du temps pour en faire vraiment sa connaissance. Chaque quartier a son ambiance (↘️ en savoir plus dans cet article), ses particularités, ses intérêts… Il serait idiot de rester le long des quais de Fisherman’s Warf sans monter sur les hauteurs de Telegraph Hill ou de faire un tour dans Little Italy, tout comme le Castro et Mission sont aussi intéressants à visiter qu’Haight Ashbury
 
Ceci n’est naturellement qu’un exemple de circuit entre Seattle et San Francisco, il est aussi possible de traverser l’Oregon par la côte, ou d’explorer les vignes californiennes, etc. Les variantes sont multiples, mais toutes magiques…
 

Road trip sur la Côte Ouest des USA : un mot sur la location de voiture

Une route aux USA.

La route, un élément essentiel (et mythique) du voyage aux USA. © Mitchka – Fish & Child(ren)

Voici quelques liens utiles pour préparer votre road trip sur la Côte Ouest des USA :

La seule ombre au tableau avec un tel voyage, en aller simple, ce sont les frais d’abandon de la voiture qui avoisinent en général les 200 dollars. À noter que ces frais ne sont pas facturés par certaines compagnies de location de voiture entre la Californie et le Nevada.
 

À propos de l’auteur


Mitchka, Toulousaine vivant aujourd’hui sur les rivages de la Méditerranée, nous fait part de ses aventures en famille sur son blog ↘️ Fish & Child(ren). Au programme : vacances, enfants, pêche, découvertes, imprévus (pas toujours dans cet ordre).
 

0 commentaire

Laissez un commentaire