Un été au Liban (#1) – Sidon, la mystérieuse ville du littoral

par Inès
2 commentaires

Pour la première étape de cette épopée libanaise, je vous propose de faire un tour dans la ville mystérieuse de Sidon (ou صيدا, « Saïda » en arabe). Située à un peu moins de 50 km au sud du Liban, Sidon est une ville côtière à l’histoire très ancienne, que certains appellent la « capitale du Liban du Sud ».

Cette ville est emblématique de l’ancienne Phénicie, origine dont se targuent volontiers la plupart des Libanais. Elle a été fondée en même temps que Jbeil-Byblos, qui se trouve au Nord de Beyrouth, et en même temps que Tyr, au sud de Sidon. Alternativement sous domination égyptienne et hittite, Sidon est une ville qui s’est développée grâce au commerce maritime sous l’Empire babylonien puis sous l’Empire romain.

Certains vestiges de Sidon ont au cours de l’Histoire été pillés et vendus ailleurs dans le monde, ce qui explique que des musées à l’étranger exposent aujourd’hui des objets sidoniens. C’est la ville d’origine du premier ministre libanais actuel Saad Hariri, dont le père Rafiq Hariri, à l’époque aussi premier ministre, a été assassiné en 2005.

 

LE CHÂTEAU DE LA MER

Cet édifice en pierres couleur sable semble avoir été posé sur la mer, et a été construit par les Croisés au XIIIème siècle. À côté du port, l’accès au château se fait par un pont en pierres, à l’entrée duquel on achète les billets pour la visite.

Au bout du pont, derrière la herse, on est d’abord frappé par le contraste entre l’aspect imposant du château et certaines parties qui ne sont plus que des ruines. Qalat al-bahr (قلعة صيدا البحرية) comme on dit en arabe, a en effet subi des bombardements au XIXème siècle.

Vue de Sidon.

Depuis le Château de la Mer, la vue est magnifique sur Sidon et la côte libanaise.

Le visiteur déambule entre des murs fortifiés et des escaliers qui mènent à des salles hautes de plafond, dans lesquelles la lumière peine à entrer. Ouf un peu d’ombre ! Sur les terrasses du château, on peut profiter d’une vue imprenable sur Sidon, le port, la mer et la ville.

 

LES SOUKS DE SIDON

Une autre étape obligatoire de votre escapade à Sidon, ce sont les souks. Ensemble de vieilles constructions et d’aménagements plus récents, ce marché est un véritable labyrinthe.

Marché couvert au Liban.

Dans les souks de Sidon, le temps semble être suspendu…

Les souks de Sidon sont encore « en fonctionnement » aujourd’hui et on y vend pâtisseries, épices, habits, artisanat et gadgets. Quelques supérettes cohabitent avec des étals plus traditionnels. Les petites ruelles du souk offrent un peu d’air et d’ombre, bien appréciables si vous visitez Sidon par grande chaleur…

Si comme moi vous passez à Sidon pendant le ramadan, les souks risquent de ne pas être très fréquentés pendant la journée, car c’est une période de jeûne où les gens restent chez eux pour économiser leur énergie.

 

LE MUSÉE DU SAVON

Au détour d’une ruelle du souk, vous trouverez le marché du savon, le seul du Liban. C’est un petit musée dont on fait rapidement le tour, mais qui peut valoir le coup si le processus de fabrication millénaire du savon vous intéresse. Huile d’olive, jasmin, ambre, laurier… un festival d’odeurs en perspective !

 

LA GRANDE MOSQUÉE OMARI

Au sud-ouest de Sidon se trouve la grande mosquée Omari. Elle a été construite par les Mamelouks sur les restes d’une église catholique, ce dont témoigne l’architecture des murs.

Une vieille rue au Liban.

En allant vers la mosquée Omari : les ruelles de la « médina », autrement dit la vieille ville de Sidon.

Partiellement détruite par l’armée israélienne dans les années 1980, elle a été reconstruite et on voit aujourd’hui de loin ses deux minarets et sa coupole. L’accès serait refusé au non-musulmans, mais peut-être qu’avec des vêtements couvrants vous pourrez y jeter un œil.

📌 Bon à savoir 
Sidon est une ville à majorité musulmane sunnite, rythmée par les appels à la prière du muezzin. Vous vous sentirez à coup sûr dépaysés, surtout si c’est une des premières villes que vous visitez dans le Liban !
Pour profiter au mieux, il convient d’adopter une tenue correcte pour éviter de vous faire remarquer… De manière générale, les femmes doivent être voilées pour entrer dans une mosquée. Parfois des sortes de robes longues à capuches sont prêtées à l’entrée.

 

LE CARAVANSÉRAIL DES FRANÇAIS

Ce bâtiment imposant (« Khan al-franj »), servait à l’origine à héberger les commerçants français. Il s’ouvre sur une grande cour rectangulaire, où étaient à l’origine parqués les chevaux des commerçants, qui eux-mêmes logeaient à l’étage.

Une cour intérieure au Liban.

Dans la cour intérieure du Caravansérail des Français.

Le caravansérail a servi successivement de bâtiment diplomatique, religieux, puis d’orphelinat. Ila récemment été rénové par la Fondation Hariri pour accueillir des expositions temporaires.

 

REST HOUSE DU MINISTÈRE DU TOURISME

Envie d’une petite pause rafraîchissements et mezzés ? Le cadre du rest house du ministère du tourisme vaut vraiment le coup d’œil. Une carte abordable, un jardin agréable et une terrasse ombragée… Face au Château de la Mer, c’est surtout le panorama imprenable sur la mer que je retiens !

 

Etant au Liban en voyage pour quelques temps, je vous propose de vous faire découvrir une série avec quelques lieux emblématiques du magnifique pays du Cèdre… J’espère que cela vous plaira, n’hésitez pas à poser des questions dans les commentaires ou à me suggérer des articles sur un (des) lieu(x) spécifique(s) !
2 commentaires

2 commentaires

Caro 21 juin 2018 - 14:14

Quel beau pays ! J’ai eu la chance d’y passer une semaine l’été dernier, et je rêve d’y retourner, il y a tant à voir ! Cette ville par exemple, que je n’ai pas eu l’occasion de visiter, merci pour la découverte.

Répondre
Claire de Sacy 21 juin 2018 - 10:24

Ah oui! Je suis à fond pour cette série… et même déjà accro! Enjoy and take care! Love.
Mam

Répondre

Laissez un commentaire