À Marseille, sur les lieux de tournage de « Plus Belle la Vie »

par Pierre
1 commentaire
Une vieille rue à Marseille.

Rares sont les villes à disposer d’un tel ambassadeur télévisuel… Avec la série TV « Plus Belle la Vie », Marseille a indubitablement pris une nouvelle dimension en terme de notoriété. Et son succès ne se démentit toujours pas ; les intrigues savoureuses du quartier du Mistral tiennent en haleine les téléspectateurs depuis… 2004 ! La recherche des lieux de tournages de « Plus Belle la Vie » sont même devenues une attraction touristique pour la cité phocéenne. Je vous donne aujourd’hui quelques éléments pour mettre vous aussi vos pas dans ceux de Roland Marci et de tout le petit monde du Mistral…

 

80 % des scènes sont tournées… en studio.

Il n’est pas rare que des visiteurs demandent aux passants, aux commerçants, à l’office de tourisme… où se trouve le quartier du Mistral et le bar éponyme. Et ils sont décus… En effet, le quartier du Mistral n’existe pas, c’est un quartier fictif !

Et même : plus des trois quarts des scènes sont tournées en studio, dans des décors reconstitués. Ces tournages se font dans un studio dédié à la série, qui se situe au Pôle Média de la friche de la Belle-de-Mai (au 37, rue Guibal, pour être tout à fait exact). Ainsi, le bar du Mistral, tenu par le truculent Roland Marci, n’existe pas, pas plus que la place du Mistral, la boutique d’Ève, l’hôtel Select (devenu ensuite le Céleste), le commissariat ou les appartements / lofts de Thomas, Ninon, Samia et Jean-Paul, etc.

Peut-on visiter les studios de tournage de « Plus Belle la Vie » ?

Malheureusement, la réponse est non, sauf lorsque la production organise un concours ou une journée portes ouvertes, ce qui est très rare… N’escomptez donc pas trop visiter les studios ou assister à un tournage lors de votre visite de Marseille.

 

L’âme du quarier du Mistral est à chercher du côté du Panier

Mais rassurez-vous ! Le quartier du Mistral n’est pas non plus totalement déconnecté de l’âme marseillaise. Il puise au contraire très directement son inspiration d’un quartier emblématique de la ville : le Panier. D’ailleurs, de nombreuses scènes d’extérieur y sont tournées, afin de s’imprégner directement de son ambiance particulière (c’est de moins en moins toutefois, car cela commence à lasser les habitants : ceux-ci doivent à chaque fois effectuer des détours et faire silence).

La Panier, c’est le vieux Marseille. Celui-ci se targue même d’être le plus ancien quartier de France. Il occupe la colline qui borde le flanc nord du Vieux-Port. Il doit son nom à l’auberge du Panier… signe qu’elle devait aimanter les habitants autant que le bar du Mistral !

Vues du quartier du Panier à Marseille.

Le quartier du Mistral a longtemps être réputé être grouillant, insalubre et tortueux. Les Allemands en ont détruit une grande partie n 1942, afin de lutter contre son caractère inextricable… sans grand succès. Progressivement rénové, il a su rester populaire, même si d’aucuns regrettent sa « boboïsation » progressive et les flots de touristes qui n’hésitent plus à le parcourir en tous sens. 

Le quartier du Panier est toujours un lacis de vieilles ruelles étroites, avec leurs façades colorées, tantôt pimpantes tantôt délavées… En soi, le Panier n’est pas grand mais on a l’impression de s’y perdre un peu. Vous croiserez sur votre chemin des placettes aux airs de village, comme la place des Moulins, celle de la rue des Pistoles de la rue du Refuge, ainsi que quelques églises aux charmes bien différents : l’église médiévale de Saint-Laurent et le clocher des Accoules, l’ensemble austère et majesteux de la Vieille-Charité (↘️ c’est aujourd’hui un centre d’art), le luxe un peu lourd et écrasant de la cathédrale de la Major.

Il y aussi quelques sites culturels majeurs comme le fort Saint-Jean et ses reflets roses, construit sur ordre de Louis XIV pour garder l’entrée du Vieux-Port. Le fort Saint-Jean qui donne accès désormais à l’intriguante résille de béton du MuCEM (↘️ on l’évoquait déjà ici) le musée des civilisations de la Mediterranée qui a ouvert ses portes en 2013.

Comme un air de famille… 

Ne manquez pas le bar des 13 Coins, au 45 de la rue Sainte-Françoise, non loin de la cathédrale : c’est en effet lui qui aurait directement inspiré l’ambiance du bar du Mistral !

 

Les autres sites de tournage en extérieur

Parmi les autres sites de tournage en extérieur, destinés à donner du piment et du réalisme à la série, on peut citer les suivants :

Le parc Borély, située près du débouché de l’avenue du Prado (qui relie grosso modo le stade Vélodrome à la Corniche) et ses 17 hectares de jardins aux ambiances différentes. Vous y trouverez le joli château Borély ainsi qu’un hippodrome. Pour la petite histoire, c’est là aussi que se déroule chaque année le Mondial de la Pétanque, la plus importante et la plus relevée des compétitions de cochonnet. 

On peut citer aussi l’incontournable gare Saint-Charles, une des plus importantes de France, avec la vue imprenable depuis son parvis sur Notre-Dame-de-la-Garde et son célèbre escalier orientant le visiteur vers le boulevard d’Athènes et la Canebière.

Vues de monuments de Marseille.

Enfin, il y a le palais du Pharo, élevé face au fort Saint-Jean, sur le promontoire de l’autre rive du Vieux-Port. Il a été construit au XIXe sous l’impulsion de l’empereur Napoléon III. C’est aujourd’hui centre de congrès, le symbole des années fastes de la cité phocéenne. C’est aussi un site exceptionnel puisqu’on y jouit d’un panorama quasi à 360 ° sur Marseille, depuis le château d’If à Notre-Dame-de-la-Garde, en passant par ballet des bateaux des quais de la Joliette, le quartier du Panier et en arrière-plan, les sommets des massifs de l’Étoile et du Garlaban. 

Le saviez-vous ? Trois anecdotes sur « Plus Belle la Vie »
  • « Plus Belle la Vie » est tournée au rythme de 5 épisodes par semaine, avec à peu près 5 semaines d’avance sur la diffusion.
  • Le succès de la série est tel qu’il représente près de 20 % des recettes publicitaires de France 3.
  • Ce qui gêne le plus les tournages en extérieur de « Plus Belle la Vie », ce n’est pas la foule des curieux… C’est le vent, qui souffle souvent à Marseille. Pas facile de garder les coiffures intactes, sans compter les difficultés pour capter le son. Le comble pour le « Mistral », non ?
1 commentaire

1 commentaire

ginette fournier 17 novembre 2019 - 21:11

Bonjour

Je vis au Québec , Canada et je suis une fervente depuis les débuts de Plus Belle la vie , Je rêve d’aller à Marseille un jour et d’y retrouver ne serait-ce les sensations d’un immense plaisir que me procurent cette émission si divertissante .

Répondre

Laissez un commentaire