Mon itinéraire d’une semaine en Corse du Sud, depuis Ajaccio ou Figari

par Pierre
6 commentaires
Plage et rochers rouges en Corse du Sud.

La Corse… Quelle destination de rêve. J’avais déjà listé mes 23 incontournables de Corse. Il était temps de rentrer un peu plus dans les détails, non ? Voici le circuit amoureux que je vous propose pour une semaine en Corse du Sud, à partir d’Ajaccio ou de Figari. Bon voyage…!

 

Au sommaire

La carte de mon itinéraire en Corse du Sud

Ajaccio, à l’ombre tutélaire de Napoléon (1 jour)

Autour de Sartène : la sobre beauté de la Rocca (1 à 2 jours)

Sartène, la plus corse ?
Autour du golfe de Propriano
Tizzano et Roccapina : quelques idées du bout du monde

De Bonifacio à Porto Vecchio : la Corse des plages de rêve (2 à 3 jours)

Bonifacio ou la reine mer
Porto Vecchio : détente, culture et art de vivre à l’heure corse

Autour de Zonza : vertige et douceur de l’Alta Rocca (2 à 3 jours)

De Porto Vecchio à Zonza : la Corse sans transition
Depuis Zonza : un magnifique road trip sous les aiguilles de Bavella
Au cœur la montagne : une randonnée vers les pozzines
Les villages de l’Alta Rocca

Location de voiture, hébergement… Les infos pratiques

La location de voiture en Corse
Trouver son hébergement en Corse du Sud

 

La carte de mon itinéraire en Corse du Sud


Carte touristique de la Corse du Sud.

Voici pour moi les choses qu’il faut voir en Corse du Sud.

Il y a tant à voir et à faire en Corse du Sud… Cet itinéraire peut se faire entre une semaine et 10 jours, en fonction du temps dont vous disposez et de vos centres d’intérêt. C’est pour cela que j’ai créé ici un circuit assez ouvert. Peut-être pourrai-je vous aider à affiner votre séjour ? Posez-moi une question dans les commentaires, je vous répondrai avec plaisir (autant que je le peux).
 
 

Ajaccio, à l’ombre tutélaire de Napoléon (1 jour)


Vue d'une place à Ajaccio.

Statue de Napoléon à Ajaccio.

Ajaccio, c’est la capitale de la Corse, c’est la ville natale de Napoléon qui s’y décline à toutes les sauces. La cité, solaire et colorée, se prélasse au bord d’un golfe magnifique. Pour beaucoup, ce sera le point de départ et/ou d’arrivée de votre séjour en Corse.

La ville n’étant pas très grande, elle se visite facilement en une journée – complétée en soirée par une petite escapade à la tour de la Parata pour assister au coucher de soleil sur les îles Sanguinaires. Mais je ne m’étendrai pas plus ici sur le sujet, puisque j’ai écrit ↘️ un article spécifique consacré à la visite d’Ajaccio.
 
 

Autour de Sartène : la sobre beauté de la Rocca (1 à 2 jours)


La Rocca, c’est cette région du sud-ouest de la Corse, qui s’enroule pour ainsi dire autour du golfe de Propriano. Une région littorale donc, mais qui puise paradoxalement son identité dans son arrière-pays, dans les hauteurs. D’où ce sentiment d’une région singulière autant qu’altière.
 

Sartène, la plus corse ?

Vue de Sartène en Corse du Sud.

Sartène, citadelle de la culture corse.

La capitale de la Rocca, c’est Sartène. Elle est bâtie en étages sur le flanc du Monte Rosso.

La place de la Libération (aussi appelée : place Porta) est le cœur battant de la petite cité qui se réclame « la plus corse des villes corses » : avec ses arbres, ses cafés et son marché, encadrée par l’hôtel de ville (ancien palais des gouverneurs génois), l’église Sainte-Marie et son belvédère sur la montagne, elle est un théâtre à ciel ouvert.

Sartène est – fallait-il le préciser ? – l’un des hauts-lieux des polyphonies corses.
 

Autour du golfe de Propriano

En venant d’Ajaccio, vous pourrez partir à la rencontre des tout premiers Corses au site préhistorique de Filitosa. L’endroit est assez fascinant. Il est réputé pour ses menhirs sculptés de visages ou d’armes, remontant à plus de 3000 avant Jésus-Christ. C’est un mélange de Carnac et d’île de Pâques, mais dont un décor de collines et de maquis…

Propriano est une station balnéaire, pas forcément très grande finalement mais très vivante, parfaite pour une halte fraîcheur – surtout avec des enfants : elle compte de nombreuses plages directement accessibles depuis le centre-ville.

Une alternative à la baignade en mer ? Les ↘️ sources thermales de Baracci. Connues depuis l’époque des Romains, elles ont des vertus curatives contre les problèmes de peau. C’est aussi, tout simplement, l’occasion de se baigner dans des eaux à 40°C à un jet de pierre du golfe de Propriano et de ses plages. Plutôt insolite et inattendu.
 

Tizzano et Roccapina : quelques idées du bout du monde

Vue de la plage de Roccapina en Corse du Sud.

La plage, la tour et le « Lion » de Roccapina.

Au sud de Sartène, une petite route (la D48) nous mène à un cul-de-sac, une sorte du bout du monde : le petit village de Tizzano, avec sa plage et sa belle crique où relâchent les bateaux. De là, une jolie balade côtière est à faire : elle mène notamment au phare de Senetosa, qui ressemble à un petit manoir avec ses deux tours, via la microscopique plage de Cala Longa.

Ou bien, en suivant depuis Sartène la route principale (la T40), on pique vers le fameux site de Roccapina, avec sa plage dominée par la tour génoise et surtout d’étranges formations de granit rose poli par le vent : le Lion de Roccapina ou le Mammouth.
 
 

De Bonifacio à Porto Vecchio : la Corse des plages de rêve (2 à 3 jours)


Bien entendu, quand je dis “la Corse des plages de rêve”, c’est très marquant, mais finalement très réducteur. D’une part parce qu’en Corse, il y a ↘️ des plages magnifiques partout (même si c’est vrai qu’ici, leur concentration est impressionnante) et puis d’autre part, parce qu’il y a bien plus que les plages : il y a la vieille cité de Bonifacio, il y a des escapades en bateau vers les Lavezzi (ou vers la Sardaigne !), des sites archéologiques, des vignobles…
 

Bonifacio ou la reine mer

Vue de Bonifacion en Corse du Sud.

Bonifacio, sur sa falaise, fait face à la mer.

Tout le monde connaît cette image de Bonifacio : la plus méridionale des villes de France métropolitaine posée en équilibre sur sa falaise blanche, entre défi et folie.

C’est sans aucun doute la ville la mieux préservée de Corse. On se promène avec plaisir dans les rues qui s’étirent tout en longueur, sur la crète de cet éperon rocheux imprenable. Le port, en contrebas, bien abrité de la mer, n’en apparaît que plus paisible. Je vous renvoie à ↘️ l’article que nous avions rédigé spécialement sur Bonifacio.

Les possibilités d’excursions en bateau depuis Bonifacio sont légion. J’en vois trois : la première est celle qui permet de voir la ville et ses falaises depuis la mer ; la seconde vous conduira à ↘️ l’archipel des Lavezzi pour une journée baignade dans ces îles désertes ; la troisième est carrément ↘️ le ferry pour se rendre à Santa Teresa Gallura que l’on voit au loin. Eh oui, pourquoi ne pas s’offrir une journée en Sardaigne tant qu’à faire ?
 

Porto-Vecchio : détente, culture et art de vivre à l’heure corse

Vue de la plage de Sante Giulia en Corse du Sud.

Les eaux turquoises de la plage de Santa Giulia.

Entre Bonifacio et Porto-Vecchio, le cordon littoral se déroule en libérant de merveilleuses échancrures, où prennent place une série de plages somptueuses.

Je pense bien sûr à la triade de Rondinara, de Santa Giulia et de Palombaggia, mais il y a aussi celles du Petit-Spérone, de Balistra, de Folaca, de Tahiti (un peu plus secrète, celle-là), voire de Cala Rossa, de Saint-Cyprien ou de Pinarello une fois passé Porto Vecchio…). Évidemment, en haute saison, ces plages sont remplies de touristes, mais comment les en blâmer ?

Si vous souhaitez fuir un peu la foule, il existe quelques alternatives. La première est de quitter les plages pour partir à la découverte du vignoble corse entre Figari et Solenzara. Si on connaît le Patrimonio (entre Bastia et Saint-Florent, en Corse du Nord), la pointe sud de « l’île de beauté » recèle en effet deux AOP : l’AOP Corse Figari et l’AOP Corse Porto-Vecchio (vous pouvez trouver ici ↘️ la liste des domaines viticoles)

L’autre alternative, si vous avez raté le site préhistorique de Filitosa (ou si vous l’avez vraiment aimé) est de vous rendre à celui de Ceccia ou – pour moi il est plus spectaculaire – au « château d’Araghju » : la fortification mégalithique, qui me rappelle beaucoup ↘️ celles de Malte, offre de surcroît un panaroma superbe sur la côte corse.

Entre Lecci et Conca, n’hésitez pas à emprunter la petite D168A et à remonter ainsi la vallée du Cavu. Vous tomberez alors sur un réseau de piscines naturelles qui offrent des baignades dans l’eau fraîche de la montagne, entre conques de roches et petites cascades.
 
 

Autour de Zonza : vertige et douceur de l’Alta Rocca (2 à 3 jours)


Vous serez surpris de constater à quel point on peut passer vite d’une plage à la montagne… C’est ça la Corse ! Préparez-vous aux routes qui semblent serpenter sans fin. Je vous emmène maintenant dans l’Alta Rocca, le massif emblématique de la Corse du Sud, où les crètes effilées comme des rasoirs enlacent des pelouses si tendres qu’on ose à peine marcher dessus…
 

De Porto Vecchio à Zonza : la Corse sans transition

Depuis Porto-Vecchio, direction Zonza par la D368. En une quinzaine de kilomètres à peine, vous passez de la « capitale des plages » à l’Ospedale, qui est tout simplement le plus haut village de Corse du Sud, à environ 1000 mètres d’altitude. Dans un coude de la route, juste au-dessus du village, un belvédère aménagé vous réserve une sompteuse vue sur la Méditerranée.

C’est aussi un peu après le lac de l’Ospedale que se trouve la Piscia di Gallo (accessible via un sentier) : avec ses 60 mètres de chute, elle passe pour être la plus belle cascade de Corse (mais je ne les connais pas toutes pour avoir un avis tranché sur la question).
 

Depuis Zonza : un magnifique road trip sous les aiguilles de Bavella

Vue des aiguilles de Bavella en Corse du Sud.

L’impressionnante muraille des aiguilles de Bavella.

Sous les lames des aiguilles de Bavella, Zonza est un plus qu’un simple village : c’est une petite station d’altitude, touristique et animée, bien dotée en services et commerces. Elle est connue pour être l’un des points de départ de randonnées parmi les plus profiliques de Corse.

C’est aussi le point de départ d’un beau road trip qui vous conduira jusqu’à Solenzara (prévoyez le retour par la même route ou bien repartez ensuite vers Porto Vecchio) : il suffit de suivre la D268.

Première étape, et non la moins surprenante : l’hippodrome de Viséo, niché au creux d’une pinède. Il est le plus haut d’Europe ! Pour connaître le programme des manifestation hippiques, il vous suffit de ↘️ cliquer ici.

Une fois passé le col de Bavella et son petit sanctuaire de Notre-Dame-des-Neiges, vous amorcerez la longue et spectaculaire descente dans la vallée encaissée de la Solenzara qui conduit à la ville du même nom. Vous pourrez toujours faire une halte pour vous rendre à la cascade de Polischellu ou à celle de Purcaraccia (avec ses piscines naturelles).

Anecdote : Zonza est à la fois… mer et montagne

En effet, le ban communal s’étend jusqu’à la Méditerranée. Lorsque vous vous baignez à la plage de Pinarello, à celle de Saint-Cyprien ou à celle de Fautea à l’ombre de sa belle tour génoise, vous vous trouvez en fait toujours à Zonza… qui est à 20 kilomètres à vol d’oiseau mais à plus d’une heure de route de là !

 

Au cœur la montagne : une randonnée vers les pozzines

Vue d'une pozzine en Corse du Sud.

Les pozzines dans leur tapis de verdure.

De l’autre côté des aiguilles de Bavella, veillé par le mont Incudine et ses 2134 mètres d’altitude, se trouve le plateau de Coscione. Une randonnée pas très difficile part du refuge de Bucchinera (joignable par une petite route en lacets d’une dizaine de kilomètres depuis Quenza).

Le haut plateau désert du Coscione, peuplé de cochons sauvages, de vaches et de chevaux, est réputé pour ses pelouses de Pian’d’ornucciu : là, dans un tapis de vert tendre et moelleux, se mêlent les méandres des ruisseaux et le lacis des pozzines (mares).

L’aconit de Corse : à ne toucher qu’avec les yeux !

L’aconit de Corse est une espèce endémique du plateau du Coscione. Haute d’un mètre environ, elle est chargée de grappes de belles fleurs violettes. Elle fleurit entre juin et septembre. Mais attention : ne la cueillez pas ! Ne la touchez pas non plus ! D’une part parce qu’elle est protégée. Et surtout parce que c’est la fleur la plus toxique de France.

 

Les villages de l’Alta Rocca

La visite de l’Alta Rocca peut encore se poursuivre, avec cette fois les petites routes du « versant ajaccien » et son chapelet de villages perchés. Je pense notamment à Aullène et la « capitale » Levie. Aux abords du village se trouve le site archéologique de Cucuruzzu et Capula, qui ressemble à celui d’Araghju. Accesible uniquement par un sentier, c’est une bonne occasion de prendre le frais dans la forêt. Le panorama sur les aiguilles de Bavella y est de toute beauté (c’est fou comme ils choisissaient toujours de beaux sites pour constuire leurs « châteaux »).

Il y aussi Sainte-Lucie-de-Tallano et son couvent San Francescu. Un peu à l’écart du bourg, sur un petit promontoire niché dans un amphithéâtre de verdure, celui-ci vous offrira aussi quelques beaux moments de sérénité.

 
 

Location de voiture, hébergement… Les infos pratiques


Les questions sont très toujours nombreuses concernant l’organisation d’un séjour en Corse, surtout si c’est le premier. Voici quelques éléments sur les aspects essentiels à prévoir : la location de voiture et l’hébergement.

La location de voiture en Corse

Si vous souhaitez visiter la Corse, vous aurez absolument besoin d’en véhicule. Vous pouvez amener le vôtre par le ferry depuis Marseille, Nice, Toulon ou Gênes (Italie). Ou bien il faudra une location de voiture à l’aéroport. Comme la location de voiture, c’est tout de même notre dada, je vous mets quelques liens fort utiles ici :

 

Trouver son hébergement en Corse du Sud

La question de l’hébergement en Corse du Sud est bien sûr primordiale, car on se trouve confronté à deux options : la première est de choisir un point central et de rayonner. Avantage : pas besoin de faire ses valises. Inconvénient : la durée des trajets est considérablement rallongée. La seconde est de choisir plusieurs points de chute. Avantage : on visite mieux les différentes régions. Inconvénient : il faut défaire et refaire sa valise plusieurs fois.

Comment trancher ? Je dirais que si vous allez avant tout en Corse du Sud pour profiter des plages, privilégiez un hébergement unique.

Pour une vraie itinérance, la Corse du Sud vaut incontestablement le coup de changer de lit chaque jour.

Un compromis peut aussi se dessiner, avec deux ou trois points de chute à répartir au cours de votre séjour d’une semaine à 10 jours. Pour moi, Ajaccio, Porto Vecchio ou Bonifacio, ainsi qu’un village de l’Alta Rocca (Zonza par exemple) s’imposent un peu d’eux-mêmes.

Pour vous aider un peu, voici un petit moteur de recherche qui vous permettra de trouver votre hébergement, qu’il s’agisse d’un hôtel ou d’une chambre d’hôtes :



Booking.com


Crédits carte : Map tiles by Stamen Design, under CC BY 3.0. Data by OpenStreetMap, under CC BY SA.

6 commentaires

6 commentaires

Ghislain Duchesne 17 juillet 2019 - 14:00

Bonjour pierre
Nous somme un couple de canadiens qui visiteront la corse en septembre prochain à partir d Ajaccio , nous serons sur plaçe 12 jours avec une voiture de location , dans votre itinéraire vous n indiquer rien en direction de porto ? Y a il de l intérêt à y passer 1 ou 2 jours
Votre suggestion d itinérance sur 3 point de chute est très intéressante pour nous , ce sera notre première visite en corse on a bien hâte
Ghislain et Andree

Répondre
Pierre 18 juillet 2019 - 7:24

Bonjour Andrée et Ghislain, et merci pour votre message.
Effectivement je n’ai pas parlé de Porto car je l’inclue plutôt dans un circuit (article à venir) sur la Corse du Nord. C’est le point de chute idéal pour découvrir les calanches de Piana et la réserve naturelle de Scandola, et côté terre, c’est un point d’accès pour le massif du Monte Cinto. Donc vous pouvez y prévoir un ou deux jours !
Je vous souhaite un excellent séjour dans l’île de beauté !
Pierre

Répondre
Marie 18 avril 2019 - 6:35

Waouh……quel beau programme don5 je vais m’inspirer fortement ….
Merci pour ce magnifique partage et le temps consacré.
Je pars demain, et vais m’en inspirer très largement.
Encore un grand merci et bravo.

Répondre
Pierre 18 avril 2019 - 7:16

Bonjour et merci pour votre commentaire ! 🙂 C’est toujours un plaisir de parler de la Corse… Je vous souhaite un excellent voyage sur l’île de beauté ! Pierre

Répondre
Patou 15 avril 2019 - 17:54

Super itinéraire, ca va bien me servir pour mes vacances cet été !

Répondre
Pierre 16 avril 2019 - 7:32

Parfait, super vacances à vous 🙂

Répondre

Laissez un commentaire