La Sardaigne : les plus beaux sites à découvrir sans la foule

par Invité
0 commentaire
Rue d'un petit village sarde.

La Sardaigne regorge de jolis endroits à découvrir. Sites historiques, villages pleins de charme, plages de rêve, les lieux d’intérêts sont nombreux et certains, (très) populaires, sont pris d’assauts, même hors saison. L’exemple le plus criant qui me vient à l’esprit est la ↘️ spiaggia della Pelosa, magnifique, avec son sable blanc, son eau turquoise et cristalline… et ses hordes de baigneurs qui jouent et nagent, au coude à coude, dans ses eaux. Cette image-là ne vous fait pas rêver ? Vous recherchez des lieux plus calmes dont vous pourrez profiter en étant seul ou presque ? Voici ceux que je vous conseille !

 

Carte des sites peu touristiques de Sardaigne.

Voici la carte des sites à découvrir seul (ou presque) en Sardaigne.

Pauline, du blog « Petites Évasions & Grandes Aventures », garde un souvenir ébloui de ses séjours en Sardaigne… Elle nous invite aujourd’hui à en arprenter les chemins de traverse.

 

Cala Tramariglio


Vue de la côte de Sardaigne.

Vue sur la Torre di Tramariglio et le Capo Caccia. © Petites Évasions & Grandes Aventures

Dans le Parco Naturale Regionale di Porto Conte, magnifique bout de nature à proximité d’Alghero, les paysages à couper le souffle sont monnaie courante. La Cala Tramariglio, située dans une anse de ce Parc Naturel, ne fait pas exception.

Face à elle, la mer, bien entendu, mais aussi les reliefs de Porto Conte : une petite colline qui avance dans la mer, surmontée de la Torre di Tramariglio, et, en arrière-plan le Capo Caccia. Ici, bandes de sable et rivages rocheux cohabitent.

Si la plage de sable est assez fréquentée, le rivage rocheux lui ne l’est pas vraiment. C’est un peu plus compliqué pour poser votre serviette mais vous y serez tranquille et, en plus, c’est le point de départ idéal pour faire du snorkeling dans cette jolie anse aux eaux limpides et au fond rocheux habité.

 

Punta Li Paddimi


Une plage en Sardaigne.

Vue sur la plage de la Punta Li Paddimi. © Petites Évasions & Grandes Aventures.

Sur la côte nord de la Sardaigne, entre Castelsardo et Porto Torres, le littoral compte à la fois des plages de sable fin et des plages rocailleuses. Sur cette côte, il y a une plage difficile à trouver (et donc assez peu fréquentée !), mais qui mérite amplement qu’on la cherche !

Située à la Punta Li Paddimi, à l’est du Villaggio Rasciada Club, cette plage de galets et de rochers, parfois énormes, est une vraie merveille. Accessible à pied depuis la SS200, via un chemin caillouteux, cette plage offre une explosion de couleurs, autant sur le rivage, composé de cailloux de toutes les couleurs, que dans l’eau où la mer alterne entre le turquoise, l’émeraude et d’autres teintes merveilleuses.

 

Capo Pecora


La mer en Sardaigne.

Vue depuis le Capo Pecora. © Petites Évasions & Grandes Aventures.

Ici, c’est un peu le bout du monde. Un cap qui s’avance dans la mer, granitique, magnifique, soumis aux vagues de part et d’autre. Au nord du Capo Pecora, il n’y a plus de route côtière pendant plusieurs kilomètres ; sur le cap, il n’y a pas de construction, c’est un lieu préservé. Ici, on peut profiter tranquillement d’une magnifique vue sur les alentours, on aperçoit d’ailleurs Buggheru au loin, encadré par le relief de cette région montagneuse.

Autour de ce cap se trouvent de nombreuses petites plages, de sable ou de galets, certaines plus fréquentées que d’autres ; il ne vous reste plus qu’à vous de trouver votre petit coin de paradis !

 

Ingurtosu et la Miniera di Naracauli


Usine en ruines en Sardaigne.

La « Laveria » de Naracauli… © Petites Évasions & Grandes Aventures

Sur la route pour la Spiaggia di Piscinas, à Arbus, se trouvent deux lieux peu connus et qui méritent qu’on s’y attarde, liés l’un à l’autre par leur passé commun mais aussi ce qu’ils sont devenus aujourd’hui. Ingurtosu et Naracauli, deux hameaux désormais abandonnés qui ont un temps prospéré grâce à l’industrie minière. En 1890, 1500 mineurs travaillaient dans la région ; en 2011, Ingurtosu ne comptait plus que 9 habitants.

Aujourd’hui, bien qu’abandonné en majeure partie, Ingurtosu et les jolis bâtiments qui le compose trônent fièrement sur la vallée qui a fait sa richesse alors que Naracauli apporte du caractère à celle-ci. Les vestiges des bâtiments miniers, comme la « laveria » de Naracauli et son architecture remarquable, auquel on ne s’attend pas dans ce paysage désertique et assez, surprennent et émerveillent, tel un mirage de pierres au fond d’une vallée abandonnée.

 

Complesso nuragico di Serra Orrios, à Dorgali


Temple en Sardaigne.

Ruines nuragiques de Serra Orrios. © Petites Évasions & Grandes Aventures.

La Sardaigne possède un patrimoine singulier qu’elle doit à la culture nuragique, une culture apparue sur l’île entre 1900 et 730 avant notre ère. Le Complesso nuragico di Serra Orrios, comme son nom le laisse supposer, est le fruit de cette culture.

Situé à Dorgali, à l’écart de la ville, ce site historique est un village-sanctuaire, l’un des mieux conservés de l’île (mais pas le plus fréquenté), qui compte une centaine de huttes rondes et deux zones sacrées, séparées du reste du site par des enceintes. Sur ce plateau basaltique, hérissé d’arbres et de végétaux, les pierres plusieurs fois millénaires de ce complexe, choisies et empilées avec soin, n’attendent que vous.

 

Parco Archeologico di Turris Libisonis, à Porto Torres


Vestiges romains en Sardaigne.

Vestige des thermes de Turris Libisonis. © Petites Évasions & Grandes Aventures.

Au cours des siècles, de nombreuses civilisations ont établi des villes ou des ports en Sardaigne. A Porto Torres, sur la côte nord de l’île, le Parco Archeologico di Turris Libisonis abrite les vestiges de la seule colonie de citoyens romains établie en Sardaigne. Ce ↘️ site archéologique comprend les ruines de la cité et notamment ses thermes, qui abritent des mosaïques, du 2e siècle avant notre ère, remarquablement bien conservées.

Malgré son caractère unique sur l’île, le Parco Archeologico di Turris Libisonis est assez peu fréquenté ; sa visite est à compléter par celle du Museo Archeologico Nazionale, attenant au site, qui permet une meilleure compréhension de celui-ci.

 

Aggius et sa Vallée de la Luna


Un village en Sardaigne.

Aggius et son environnement granitique en arrière-plan. © Petites Évasions & Grandes Aventures.

Niché au beau milieu de la Gallura, le village d’Aggius est un village plein de charme. Ancienne place forte du banditisme sarde, le village respire aujourd’hui la quiétude et la douceur de vivre.

Ici, la pierre est partout apparente : sur les murs des maisons, au sol, dans les paysages environnants. Les petites rues calmes, fleuries, d’Aggius sont une invitation à la promenade et à l’émerveillement. Des formations granitiques impressionnantes, qui semblent massives et fragiles à la fois, ornent l’arrière-plan de ce joli village.

Ce sont ces mêmes roches granitiques, ces ensembles monumentaux de pierres plusieurs fois millénaires que l’on retrouve dans la Vallée de la Lune, à quelques kilomètres au nord d’Aggius. Sur un vaste plateau, recouvert d’herbe, d’arbres et de végétation diverse, des blocs de granite se dressent, arrondis par le temps, et donnent l’impression d’être face à un paysage lunaire.

 

Oliena


Street art en Sardaigne

Fresque sur les murs d’Oliena. © Petites Évasions & Grandes Aventures

Village de caractère situé dans la province de Nuoro, Oliena est surplombé par le Mont Corrasi, un massif calcaire, également appelé le Supramonte di Oliena. Petites rues alambiquées, jolies églises et maisons fleuries apportent beaucoup de charme à ce bourg, où les rues du centre sont faites en galets.

Comme à Orgosolo, distante d’une vingtaine de kilomètres du village, quelques murs sont ici couverts de fresques, mais contrairement à la première, les rues d’Oliena sont calmes et peu fréquentées. Certaines habitations semblent laissées à l’abandon mais cela n’enlève rien au charme d’Oliena qui vit paisiblement au pied de ses montagnes.

0 commentaire

Laissez un commentaire