Nos bons plans à la Guadeloupe

par Pierre
0 commentaire

Située à plus de 6 000 kilomètres de la métropole, la Guadeloupe est une destination phare pour les touristes francophones, et ce n’est pas pour rien : “l’île aux belles eaux” séduit immanquablement par ses plages de rêves, sa nature préservée, sa culture créole et la gentillesse de ses habitants… Certes, cette carte postale est bien réelle, mais les Guadeloupéens détestent se faire enfermer dans des clichés, aussi jolis soient-ils. N’hésitez donc pas à explorer toutes les facettes de cette île généreuse !

 

La Guadeloupe, carte d’identité

Vue du ciel, la Guadeloupe ressemble à un papillon, les ailes grandes ouvertes et séparées par un mince bras de mer, la Rivière Salée.

À l’ouest, c’est Basse-Terre qui, comme son nom ne l’indique pas, est la plus accidentée de l’île. C’est là que se dresse le volcan de la Soufrière (1467 mètres d’altitude). On y trouve une Guadeloupe plus nature, plus tropicale, plus humide aussi, avec ses nombreuses rivières et ses plages de sable noir ou roux.

Vue de l'île de Basse-Terre à la Guadeloupe.

En traversant Basse-Terre…

À l’est, vous trouvez Grande-Terre, au relief plus plat. C’est la Guadeloupe plus touristique, celle des plages de sable blanc et des stations balnéaires mais aussi, pour peu que l’on s’échappe un peu, des côtes venteuses ouvertes sur l’océan.

Vous pouvez ajouter encore Marie-Galante, une petite île ronde mouillant à une trentaine de kilomètres au sud de l’île-mère, immortalisée par une chanson de Laurent Voulzy et qui s’est longtemps tenue éloignée du tourisme de masse : on y trouve encore une Guadeloupe authentique.

La Guadeloupe a été découverte par Christophe Colomb lui-même, en novembre 1493. Il la surnomma ainsi en hommage à la protectrice des marins espagnols : Notre-Dame de Guadalupe. Devenue française par la suite, elle connut un essor important sous Louis XIV, qui en fit un grand centre de la culture de la canne à sucre – et donc, de l’esclavage. C’est aujourd’hui un département français d’outre-mer.

La Guadeloupe compte actuellement un peu plus de 400 000 habitants. Vous y trouverez quelques villes comme Pointe-à-Pitre (16 000 habitants), qui est la capitale économique de l’île ainsi que sa porte d’entrée touristique, et Basse-Terre (12 000 habitants), où se concentrent les administrations guadeloupéennes. Les Abymes est, avec ses 50 000 habitants, la plus peuplée de Guadeloupe. Mais d’une manière générale, les villes de Guadeloupe présentent un intérêt touristique limité.

 

Préparer son voyage en Guadeloupe

 

Météo en Guadeloupe

Le climat en Guadeloupe est à tendance tropical, ce qui signifie que point de vue températures, celles-ci sont assez constantes tout au long de l’année, soit environ 27 ° de moyenne. Ce qui va faire la différence, c’est l’humidité. L’île compte deux saisons bien distinctes : une saison sèche de décembre à juin et une saison humide de juillet à fin novembre, pendant laquelle la Guadeloupe s’expose à d’éventuels ouragans.

 

Quand partir en Guadeloupe ?

Idéalement, en saison sèche, donc entre décembre et juin. Mais la basse saison (de juillet à novembre) reste intéressante pour qui souhaite profiter de tarifs moins élevés, de plages à peu près désertes et de la floraison des nombreuses essences de plantes caribéennes que compte l’île…

Vue d'une plage avec palmiers à la Guadeloupe.

La Guadeloupe, une destination de rêve…

 

Décalage horaire en Guadeloupe

En Guadeloupe, il est 6 heures de moins qu’en métropole : quand il est 15 heures à Paris, il est 9 heures du matin à Pointe-à-Pitre. Question heures, n’oubliez pas non plus qu’en Guadeloupe, vous vous rapprochez de l’équateur. Les journées ne connaissent donc pas les diverses amplitudes horaires que nous pouvons connaître au fil des saisons : en Guadeloupe, le soleil se lève tous les jours aux alentours de 5 h 30, et se couche tous les jours aux alentours de 18 h, et ce assez brusquement, quel que soit le jour de l’année. Du coup il est conseillé de se lever tôt pour profiter au maximum de la journée, rythme qui est en plus relativement facile à prendre avec le décalage horaire (lien vers article “Gérer le décalage horaire”).

 

La cuisine guadeloupéenne

À l’image de la langue créole, la cuisine de Guadeloupe mêle à merveille les accents du monde entier – Europe, Caraïbes, Afrique, Inde… Au rayon des incontournables, on trouvera les acras (beignets de poisson ou de légumes), le boudin, le poulet massalé ou poulet colombo (poulet grillé épicé), la langouste grillée, le féroce (purée d’avocat à la morue et au manioc, très épicée) sans compter les nombreux fruits et légumes exotiques…

 

Coût de la vie

Il est assez élevé en Guadeloupe, car l’île importe beaucoup de produits. Même les fruits et légumes produits sur place sont souvent plus chers qu’en métropole (sauf peut-être les bananes).

 

Location de voiture en Guadeloupe

Louer une voiture en Guadeloupe est fortement recommandé si vous souhaitez partir à la découverte de l’île. Il est facile d’y louer un véhicule, mais réservez de préférence assez tôt si vous y partez en haute saison. Les routes de Guadeloupe sont globalement en bon état. L’île n’est pas immense et on dit que, depuis Pointe-à-Pitre (le centre géographique de la Guadeloupe), rien ne se situe à plus de 45 minutes de voiture. Mais ça, c’est en théorie bien sûr. En pratique, il faudra compter sur les inévitables embouteillages, notamment ceux de Pointe-à-Pitre aux heures de pointe. Autre conseil : vous pouvez prendre une voiture de petite format, mais attention à la motorisation… Une petite cylindrée aura beaucoup de mal à gravir les pentes de Basse-Terre. Certains cas de vandalisme nous ayant été signalés, il est recommandé de souscrire aux assurances pneus et bris de glace. N’hésitez pas à contacter l’équipe du service clients de Carigami qui vous conseillera gratuitement (01 73 79 33 33).

 

Se loger en Guadeloupe

Comme la Guadeloupe se compose de deux parties bien distinctes – et qui ont chacune leur personnalité, il est tout à fait envisageable de réserver deux hébergements (un sur Basse-Terre et l’autre sur Grande-Terre) pour scinder son séjour. Toutefois, l’ensemble de l’île étant facilement accessible en voiture, un seul point de chute, assez central, fera parfaitement l’affaire. C’est en tout cas le choix que nous avons fait, en posant nos bagages aux Bananiers, au Gosier. Il s’agit d’un petit complexe d’une dizaine de chambres à peine, entre hôtel et chambres d’hôtes, réparties autour d’un agréable jardin. Top.

hotel les bananiers Guadeloupe

 

Nos 11 coups de cœur en Guadeloupe

 

La plage de Petit-Havre, au Gosier

C’est sans l’une de nos préférées à la Guadeloupe. Sable blanc, mer turquoise et paisible, cocotiers… La plage de rêve par excellence. Revers de la médaille : même si la foule y est bon enfant, mieux vaut y venir assez tôt.

Vue de la plage de petit havre à la Guadeloupe

À la plage de Petit-Havre.

 

Une sortie en paddle à Saint-François

Saint-François, sur la “riviera” guadeloupéenne, offre tous les attraits d’une station balnéaire animée. C’est aussi un bon point de départ pour tester le stand-up paddle : debout sur une planche, vous glissez sur l’eau à l’aide d’une pagaie. C’est extrêmement détendant (mais aussi sportif), surtout dans un cadre aussi enchanteur que la côte sud de la Guadeloupe. Nous l’avons essayé avec Ben, chez Surf Action, et nous avons adoré.

Vue d'un port de plaisance à la Guadeloupe.

Le port de Saint-François au soleil couchant.

 

La pointe des Châteaux

Tout au sud-est de Grande-Terre, la pointe des Châteaux est une étroite bande de terre rocheuse, qui plonge dans l’Atlantique. C’est un autre visage de la Guadeloupe, sauvage et parfois très venteux, mais le paysage est magnifique.

Vue de la pointe des Châteaux à la Guadeloupe.

La pointe des Châteaux incarne la Guadeloupe sauvage et océanique.

 

La distillerie Damoiseau

Comment parler de la Guadeloupe sans évoquer le rhum ? La distillerie Damoiseau, près du Moule, est aujourd’hui la plus importante de l’île mais sa visite est extrêmement intéressante. À l’ombre de son vieux moulin, vous saurez tout sur la production de cet alcool antillais par excellence (rhum blanc, rhum vieux, rhum ambré, ti punch), mais aussi le déguster et l’acheter sur place.

Vue d'une distillerie à la Guadeloupe.

Ici est produit un des rhums de la Guadeloupe…

La pointe de la Grande-Vigie

Le nord de Grande-Terre est sans doute le secteur le moins touristique de la Guadeloupe. La côte se fait sauvage, comme à la pointe de la Grande-Vigie, au point d’être surnommée par certains “la petite Bretagne des Antilles”. Des sentiers de randonnée (trace des Falaises, trace Lavolvaine notamment), qui suivent l’ancien chemin de ronde des douaniers, offrent de superbes points de vue sur l’océan, les palétuviers et les champs de canne à sucre.

Coucher de soleil sur la Guadeloupe.

Tout au bout de la Guadeloupe : la pointe de la Grande-Vigie.

Le cimetière de Morne-à-l’Eau

Vous ne serez sans doute pas seul à visiter ce site mais il est emblématique de la Guadeloupe. La vision de ce cimetière est en effet tout à fait étonnante : il se présente comme un village avec ses maisons, ses colonnades, ses balcons… entièrement recouverts de carreaux de faïence blancs et noirs.

Vue d'un cimetière à la Guadeloupe.

Les carreaux noirs et blancs sont typiques des cimetières créoles.

La Soufrière

Point culminant des Antilles françaises, la Soufrière (1467 mètres d’altitude) est un volcan toujours actif mais qui se laisse approcher sans souci particulier. La végétation est ici luxuriante, le climat souvent humide et parfois brumeux, offrant des ambiances un brin mystérieuses. Toute la montagne est sillonnée de chemins de randonnée, qui permettent de faire le tour de la “vié madanm la” (la “vieille dame” en créole). Attention : son sommet est composé d’une multitude de “bouches” d’où s’échappent des fumerolles, ne vous attendez donc pas à un cratère en bonne et due forme.

Vue de la montagne de la Soufrière à la Guadeloupe.

La Soufrière est le sommet mythique de la Guadeloupe.

Les cascades de Basse-Terre

Les reliefs de la Soufrière et sa forêt tropicale sont un décor rêvé pour des cascades… Les trois chutes du Carbet (dont deux de plus de 100 mètres de haut) comptent sans aucun doute parmi les cascades les plus belles et les plus spectaculaires des Antilles. Autre site magnifique : les chutes Moreau, moins touristiques.

Vue d'une cascade à la Guadeloupe.

Les spectaculaires chutes du Carbet, non loin de la Soufrière.

Les îlets Pigeon et la réserve Cousteau

À un petit kilomètre à peine au large de Basse-Terre, les îlets Pigeon recèlent un spot de plongée mondialement connu, révélé par le commandant Cousteau. Accessible aux plongeurs débutants ou confirmés, la réserve naturelle offre une somptueuse découverte des fonds marins caribéens : coraux, poissons, tortues, algues… mais aussi quelques épaves et même un mémorial sous-marin dédié au commandant Cousteau.

Vue d'un plongeur dans la mer à la Guadeloupe.

Dans les eaux cristallines de la réserve Cousteau.

La plage de la Perle

Entre Deshaies et Sainte-Rose, la côte nord de Basse-Terre réserve de belles plages, plus intimes, moins touristiques que celles de stations balnéaires de Grande-Terre. Parmi celles-ci, notre coup de cœur est la plage de la Perle, avec son sable roux et ses eaux turquoises, à l’abri de sa barrière de corail.

Vue de la plage de la Perle à la Guadeloupe.

La plage de la Perle, une des plus belles de Guadeloupe pour nous.

Marie-Galante

Petite île toute ronde mouillant au large de la Guadeloupe, Marie-Galante commence seulement à s’ouvrir au tourisme. Autant dire qu’elle est encore une destination hors des sentiers battus. On y trouve des plages merveilleuses, des villages de pêcheurs, une campagne bucolique, des falaises côtières, du rhum aux accents artisanaux… bref : un joli pays de cocagne qu’il vous appartient de découvrir.

Vue de l'île de Marie-Galante à la Guadeloupe.

Marie-Galante reste une échappée hors des sentiers battus à la Guadeloupe.

Et vous, quels sont vos bons plans, vos coups de cœur, vos adresses secrètes ?

 

Crédits photos : distillerie Damoiseau, pointe de la Grande-Vigie, cimetière de Morne-àl’Eau, Soufrière, chutes du Carbet, réserve Cousteau, Marie-Galante

0 commentaire

Laissez un commentaire