Nos 10 plus beaux villages de France

par Pierre
0 commentaire

Des villages magnifiques, la France en compte des centaines, tous différents les uns des autres, reflétant l’incroyable diversité de l’Hexagone en matière de paysages, de cultures, de traditions. Difficile de désigner 10 coups de cœur parmi eux !

 

Eguisheim

L’Alsace, et plus particulièrement le long de sa célèbre Route des vins, regorge de villages magnifiques. On peut bien sûr citer Riquewihr ou Kaysersberg, sans doute les plus connus, mais pourquoi ne pas faire étape à Eguisheim ? Parfaitement préservé, il offre d’étonnantes rues concentriques s’organisant autour de sa place centrale. Les maisons au toit de tuiles rondes offrent bien sûr leurs façades colorées et leurs colombages typiques de l’Alsace, amoureusement restaurées, et le géranium règne en maître. Une véritable carte postale.

Vue d'une rue dans le village d'Eguisheim en Alsace.

Le charme coloré d’Eguisheim, village typique d’Alsace.

 

Locronan

Rochefort-en-Terre dans le Morbihan a certes été élu récemment “village préféré des Français” sur France 2, mais nous prendrons la direction du finistère et plus précisément de Locronan. On ne compte plus le nombre de fois où cette ancienne cité de marchands de toile à voile a servi de décor de cinéma… C’est le vieux village breton par excellence, avec ses maisons cossues de granit gris, à la fois massives et élégantes, sa fière église… Un délicieux mélange de campagne et de grand large (la mer n’est qu’à quelques kilomètres).

Vue du village de Locronan en Bretagne.

Dans les rues de Locronan, on hume le parfum de la Bretagne…

 

Conques

Il flotte toujours comme un parfum de mystère à Conques (Aveyron), dans ce site encaissé dominant la vallée du Dourdou. Le village est bâti à flanc de côte, se cachant dans la végétation. Ses maisons aux reflets tantôt ocres tantôt roses entourent une véritable perle : la superbe église médiévale Sainte-Foy et son incroyable portail sculpté, où les personnages foisonnent : anges, démons, gentils sagement accueillis au paradis, méchants tourmentés par des diablotins… Conques est une étape indissociable des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Vue du village de Conques.

L’abbatiale Sainte-Foy domine le vieux village de Conques.

 

Saint-Cirq-Lapopie

Il est très difficile d’oublier son arrivée à Saint-Cirq-Lapopie : le petit village est perché sur une falaise à pic, il semble flotter au-dessus de la vallée du Lot. Sa vieille église fait office de figure de proue, trônant sur son promontoire et dominant quelques rues étroites et escarpées. Depuis l’église, elles apparaissent comme un petit troupeau de toits bruns, d’où émergent des balcons, des bouts de façade couleur miel, une végétation omniprésente. La beauté du site et la douceur de vivre de la région ont toujours attiré les artistes à Saint-Cirq-Lapopie. On les comprend.

Vue du village de Saint-Cirq-Lapopie dans la vallée du Lot.

Saint-Cirq-Lapopie et son site splendide, au-dessus du Lot.

 

Collonges-la-Rouge

Blotti aux confins du Limousin, le petit village de Collonges-la-Rouge se distingue par la couleur… rouge, assez hypnotique, de ses bâtiments. Surtout qu’il tranche assez nettement avec le joli vert de la campagne environnante, mais aussi des arbres, arbustes et autres massifs fleuris du village. Vieilles maisons, demeures bourgeoises, église… Tout le petit bourg semble s’être pris de passion pour les tours et tourelles qui donnent un certain volume aux constructions, sans qu’aucune ne domine véritablement le village.

Vue du village de Collonges-la-Rouge dans le Limousin.

Dans la forêt de tourelles de Collonges-la-Rouge.

 

Roussillon

Dur de ne choisir qu’un seul village dans le Luberon ! Il y a Gordes, Lourmarin, Oppède-le-Vieux… et Roussillon. C’est mon coup de cœur dans la région, non parce que le village est moins touristique, mais pour l’ocre, dont j’aime particulièrement les tonalités. Roussillon a en effet été pendant quelques siècles le cœur d’une industrie où était extraite puis transformée cette pierre. Le village est bien joli, tout comme la balade du Sentier des ocres, où les falaises orangées se découvrent au milieu d’une forêt de pins.

Vue du village de Roussillon dans le Luberon en Provence.

Le village de Roussillon, petit bijou coloré dans le Luberon.

 

Pérouges

Tournée à la fois vers Lyon et la Bourgogne, Pérouges est une ancienne petite cité de riches tisserands. Et tout semble être resté intact dans la cité médiévale fortifiée, posée sur le sommet d’une colline : les maisons de hauteur inégale aux façades patinées, aux colombages ou aux fenêtres ouvragées, les rues courbes au pavage de galets, la place du Tilleul qui marque depuis toujours le cœur de Pérouges, les portes d’enceinte, la vieille église Sainte-Madeleine… Il en émane comme un indéniable art de vivre.

Vue du village de Pérouges près de Lyon.

À Pérouges, le temps semble s’être littéralement figé.

 

Larressingle

C’est un petit coup de cœur que j’ai découvert un peu par hasard, en me perdant plus ou moins volontairement dans le Gers : voici Larressingle, aux portes de Condom. Nous voici bien loin des noms connus et des sentiers battus.  En approchant du village, on a une impression un peu lunaire, comme si le bourg était abandonné. En réalité, il devait plus s’agir plus d’un château habité que d’un véritable village : tout petit, ramassé sur lui-même, entièrement fortifié, Larressingle se résume à une rue tournant autour d’un donjon ruiné. Mais c’est suffisamment intrigant pour y faire un détour !

Vue du village de Larressingle dans le Gers.

L’étrange silhouette de Larressingle…

 

Bonneval-sur-Arc

À Bonneval-sur-Arc, il y a bien sûr de bien jolies vieilles pierres, mais il y a aussi un décor exceptionnel. Derrière les maisons trapues aux lourds toits de lauzes (dalles de pierre) et aux balcons de bois, on mesure la vie rude qui existait ici autrefois, dans ce coin de Savoie, à près de 2000 mètres d’altitude. Cela vaut encore plus pour le hameau de l’Écot, isolé du reste du village, et que l’on imagine volontiers en hiver, enfoui dans un épais manteau de neige…

Vue du village de Bonneval-sur-Arc en Savoie sous la neige.

Le hameau de l’Écot sous la neige.

 

Flavigny-sur-Ozerain

Perchée sur sa colline, au cœur d’une campagne riante, Flavigny-sur-Ozerain est une petite bourgade bourguignonne paisible, située non loin d’Alésia et de l’abbaye de Fontenay. On flâne avec plaisir dans le bourg encore fortifié, croisant tantôt une riche demeure du Moyen Âge, tantôt ce qui fut sans doute une modeste maison paysanne… Mais ce qui vous marque, c’est l’odeur qui flotte dans le village : il s’agit de celle des fameux “Anis de Flavigny”, un bonbon enrobant, comme son nom l’indique, un grain d’anis.

Vue du village de Flavigny-sur-Ozerain en Bourgogne.

Flavigny-sur-Ozerain, au cœur de la douce campagne bourguignonne.

 

Crédits photos : couverture (Collonges-la-Rouge), Eguisheim, Locronan, Conques, Saint-Cirq-Lapopie, Collonges-la-Rouge, Roussillon, Pérouges, Larressingle, Bonneval-sur-Arc, Flavigny-sur-Ozerain.

0 commentaire

Laissez un commentaire