La Scandinavie, dernier paradis du camping sauvage

par Rédaction
1 commentaire
Vue d'une tente dans les montagnes de Norvège.

Le camping sauvage est désormais interdit dans la plupart des pays… mais il existe une exception. En Scandinavie (plus précisément en Norvège, en Suède et en Finlande – pas au Danemark), il n’est pas simplement autorisé : il appartient à tous d’autant que  “l’accès à la nature” est garanti par la loi ! Bien sûr, il y a quelques règles à respecter, mais on vous donne les grandes lignes de ce qui peut être une expérience inoubliable…

 

Rando, vélo et ski

Sachez qu’en Norvège, en Suède et au Danemark, vous avez le droit de vous rendre où vous voulez à pied, en vélo ou en ski. Vous devez simplement vous assurer de ne rien abîmer. Vous pouvez aussi traverser des domaines privés, à condition de ne pas déranger le propriétaire.

En été, il faudra veiller à ne traverser les zones cultivées que par les routes et chemins existants.

Quant aux pâturages, il faudra juste en refermer les portails derrière vous. Exception à cette règle : les parcs nationaux et les zones de protection de la nature. Ils sont indiqués par un panneau. Dans ce cas, il est possible que certains secteurs puissent être d’accès limité.

 

Dormir sous tente

Tant que vous ne vous installez pas dans une zone cultivée et que vous respectez une distance raisonnable avec les habitations (au moins 150 mètres en Norvège, par exemple), vous avez le droit de planter votre tente partout où vous le souhaitez, et de passer au maximum deux nuits au même endroit. Cela est aussi valable pour les domaines privés, sauf si le propriétaire vient vous demander expressément de ne pas s’y installer. Idem si vous voyagez en groupe : à partir de 4 tentes, vous devrez obtenir préalablement l’autorisation du propriétaire.

Bien sûr, le camping sauvage présente bien des avantages (et notamment d’être plutôt économique, la Scandinavie étant une destination chère), mais vous aurez peut-être besoin d’un “vrai” camping de temps à autre, pour bénéficier de sanitaires complets par exemple.

 

Feux de camp et déchets

Peu importe l’endroit ou les cas de figure : ne laissez jamais vos déchets derrière vous ! Ceux que vous aurez enterrés seront retournés par les animaux.

En Norvège et en Suède, il est autorisé d’allumer des feux de camp dans les zones sauvages, mais vous devez être particulièrement vigilants à ce que le sol ne soit pas constitué de mousse ou de tourbe, et que le feu ne se propage pas aux plantes alentours.

En Finlande, ces feux ne sont autorisés qu’en cas d’urgence. Compte tenu de ces restrictions, nous vous recommandons l’utilisation d’un réchaud de camping.

 

Pêcher, chasser, cueillir…

En Finlande, vous pouvez pêcher partout avec une simple canne à pêche et un appât naturel, sauf si cela vous est explicitement défendu.

En Norvège, c’est valable seulement pour les zones en eau de mer – pour la pêche en eau douce, vous aurez besoin d’un permis, que vous pourrez vous procurer dans les offices de tourisme ou même les kiosques à journaux.

En Suède, il existe diverses restrictions, qui s’appliquent au cas par cas, cours d’eau par cours d’eau. Il convient alors de se renseigner.

La cueillette de fleurs sauvages, champignons, baies… appartient aussi au droit d’accès à la nature. Bien évidemment, celui-ci ne s’applique pas aux domaines dûment clôturés. De plus, d’une région à l’autre, certaines plantes sont protégées.

Par contre, vous n’avez pas le droit d’abattre des arbres, de casser des branches encore en place ou de prélever de l’écorce encore sur l’arbre, ou de la résine. Vous ne pouvez pas non plus y graver votre nom, bref : n’endommagez pas les arbres ! En Norvège, vous pouvez cueillir des noix seulement si vous les mangez tout de suite.

En ce qui concerne la chasse, elle n’est autorisée nulle part en Scandinavie sans autorisation.

 

Nager, pagayer, faire du bateau…

Le libre accès à la nature concerne également les moyens de vous déplacer dans et sur l’eau ! Vous pouvez vous baigner, pagayer, faire de la voile ou de l’aviron… partout, à condition que l’accès des sites nautiques soit public.

L’utilisation d’engins à moteur est possible sans restriction en Finlande et en Suède ; elle n’est possible en Norvège que sur la mer et les plus grands lacs. Les lacs de moins de 2 km2, de même que les rivières, ne peuvent être empruntés que si ils sont signalés comme voies maritimes publiques.

 

Crédit photo : couverture

1 commentaire

1 commentaire

PHS 28 août 2017 - 12:48

Lorsque vous parlez de Scandinavie ne mélangez pas tout. La Finlande fait partie des pays nordiques MAIS PAS de la Scandinavie qui ne comporte que trois pays continentaux (trois monarchies constitutionnelles), La Suède, La Norvège et le Danemark. Il est dommage que cette évidence doive être rappelée systématiquement. en particulier aux francophones…

Répondre

Laissez un commentaire